pesoRien n'est encore sûr mais, d'après plusieurs médias, la banque centrale du Chili pourrait annoncer une prochaine intervention sur le marché des changes afin de faire chuter le cours du peso chilien.

Dans une interview accordée à Bloomberg, le gouverneur de la banque centrale avait reconnu qu'une intervention est inévitable, en dépit de son coût très lourd.

Les rumeurs autour d'une éventuelle annonce aujourd'hui ont fait dégringoler le peso chilien d'un plus haut niveau face au dollar américain depuis près de 28 mois.

La dernière fois que la banque centrale est intervenue sur le marché des changes afin d'affaiblir le peso remonte à avril 2008, en achetant 50 millions de dollars quotidiennement. Cette initiative a eu un effet, pendant un certain temps. Cependant, les interventions sur le Forex sont plutôt destinées à des fins politiques, afin de souligner aux exportateurs que le gouvernement agi, alors que dans la réalité, les économistes généralement condamnent ces interventions qui n'ont aucun effet durable.

La banque centrale du Chili pourrait profiter de la réunion de son comité de politique monétaire, aujourd'hui, pour annoncer une prochaine intervention. Selon les analystes, une chose est sûre, la banque centrale devrait seulement augmenter son taux directeur de 25 points de base, le portant à 2.75%. A l'instar de nombreuses banques centrales, la banque centrale du Chili devrait être tentée de ralentir la hausse des taux, en raison de la volatilité des devises et des incertitudes concernant la croissance économique mondiale.

Cette mesure pourrait être interprétée par les analystes comme une nouvelle étape de la “guerre des devises”, nombreux furent les médias qui ont qualifié ainsi ce matin le statu quo monétaire surprise en Corée du Sud. Surtout, le maintien d'une inflation en dessous de 4%, à 3.1% en décembre sur un an selon les prévisions de la banque centrale du Chili, laisse une certaine marge de manoeuvre à l'institution.

Une remontée plus lente des taux pourrait enfin avoir un effet plus efficace sur le cours du peso chilien qu'une intervention massive et dispendieuse sur le Forex qui aurait pour conséquence de ternir nettement le bilan de la banque.