asieActualité oblige, le thème de la « guerre des monnaies » est une nouvelle fois abordée. Alors que la Banque Mondiale a revu à la hausse les perspectives de croissance pour l'Asie de l'Est pour 2010, la question de la hausse continue des devises asiatiques face au billet vert se pose de manière de plus en plus aigue, à quelques jours du G20 des ministres des Finances en Corée du Sud.

Après avoir opté pour une taxe sur les capitaux, à l'instar du Brésil, la Thaïlande a décidé d'intervenir directement sur la politique monétaire du pays en optant pour le statu quo monétaire, offrant ainsi moins de possibilité de hausse au baht. Cette décision était attendue par les économistes interrogés par Bloomberg. Pour sa première réunion en tant que gouverneur central, Prasarn Trairatvorakul a décidé de maintenant le taux de rachat au jour le jour à 1.75% après qu'il ait été augmenté à deux reprises en juillet et en août.

Ainsi, la banque centrale thaïlandaise rejoint les banques centrales de Malaisie et de Corée du Sud qui ont décidé de faire une pause dans la politique de hausse des taux d'intérêt en raison de la forte volatilité du marché des changes.

La possibilité d'une intervention directe sur le marché Forex n'est exclue nulle part bien que les banquiers centraux savent les risques inhérents à de telles interventions. Ainsi, la roupie indonésienne a connu un peu de répit dans sa progression face au dollar aujourd'hui en raison de rumeurs concernant de nouvelles mesures de la banque centrale.

La roupie demeure toutefois à un très haut niveau, évoluant à un plus haut de trois ans face au billet vert, autour de 8.9 roupies pour un dollar.

Afin de réduire la volatilité de la roupie, les autorités pourraient décider prochainement d'allonger la maturité des actifs en la faisant passer de trois mois à neuf mois. L'objectif est de limiter la spéculation qui se nourrit des bonnes perspectives économiques du pays.

Des rumeurs font également état d'un éventuel achat de devises étrangères sur le marché afin de limiter la hausse de la roupie, sans que ces rumeurs ne soient confirmées. La banque centrale a simplement rappelé qu'elle surveille de très près l'évolution de la roupie indonésienne.

Les pays d'Asie du Sud-Est, un peu désarmé face à la baisse continue du billet vert, escomptent beaucoup du G20 de Séoul. Cependant, à l'instar des autres pays émergents, ils pourraient être rapidement déçus...