livre_sterlingLa présentation par le ministre des Finances britannique George Osborne de nouvelles coupes budgétaires a totalement éclipsé aujourd'hui la publication des minutes de la dernière réunion de la BoE.

S'affairant depuis sa prise de fonction il y a quelques mois à réduire le déficit abyssal du Royaume-Uni et à rassurer les agences de notation financière, George Osborne a présenté le plan le plus ambitieux de réduction des emplois dans le secteur public depuis l'ère Thatcher.

D'ici à 2015, le Royaume-Uni doit supprimer environ 490 000 emplois publics, principalement en ne remplaçant pas les départs à la retraite mais des licenciements sont également inévitables comme l'a souligné le chancelier de l'Echiquier.

Tous les ministères sont concernés par ces suppressions d'emplois et les réductions budgétaires qui ont été présentées en juin et qui se montent à 83 milliards de livre. Même le ministère de la Défense, qui avait été un premier temps épargné par les arbitrages du Premier ministre va voir son budget diminuer de 8% d'ici à 2015.

Pour les autres ministères, les coupes vont atteindre en moyenne 25% ce qui devrait permettre de ramener le déficit public du pays de 10.1% à 1.1% en 2015 et ainsi permettre au Royaume-Uni de repartir sur de bonnes bases.

Au total, selon certaines études, ce seront plus d'un million d'emplois qui pourraient être perdus dans les cinq ans, à la fois dans le privé et public, en raison de ce plan d'austérité. L'opposition travailliste s'est empressée de critiquer ce plan mais la population semble résolument à ce qu'il soit appliqué.

Une situation que la France pourrait méditer où les syndicats et les partis de gauche refusent toute réforme de l'Etat-providence et toute mesure d'austérité, pénalisant ainsi le retour à une croissance durable de la France.

Les marchés ont jusqu'à présent plutôt bien accueilli ce plan puisque la livre sterling était stable à 88.17 pence pour un euro et le taux de rendement des obligations britanniques à 10 ans restait inchangé à 2.982%. Seule la bourse de Londres affichait un léger recul de 0.15% à la mi-séance.