financeLes places boursières évoluent dans le vert aujourd'hui alors que le marché des changes est encore sous le coup des aléas budgétaires et financiers des pays de la zone euro. Dans la foulée de Wall Street qui a terminé hier en nette hausse, les principales bourses asiatiques ont fini dans le vert aujourd'hui. La Bourse de Tokyo a même arraché 0.50% à la clôture, notamment en raison d'une pause dans l'appréciation du yen. En Europe, Paris, Londres et Francfort ont ouvert en terrain positif ce matin.

L'Asie en nette hausse grâce à Pékin

Sur le marché des changes, les risques de contagion de la crise irlandaise, bien qu'ils soient minimisés par les cadres de la BCE, continuent de peser sur les échanges. L'Asie a toutefois été épargnée ce matin par ce mouvement, la Chine demeurant le facteur clé à prendre en compte dans les échanges asiatiques.

Les principales monnaies d'Asie ont connu une nette appréciation ce matin suite à la publication de bons indicateurs macroéconomiques chinois et d'un appel de la banque centrale de Chine pour un resserrement de la politique monétaire.
Les experts économiques de la Chine, comme Gerrard Katz, s'attendent à ce que Pékin décide une nouvelle fois, avant la fin de l'année, de relever le niveau des réserves obligatoires des banques commerciales du pays. Cette annonce a eu un effet positif sur le marché forex, avec une appréciation du yuan et, dans la foulée, des principales monnaies de la région.

Cette appréciation fut également entretenue par la publication par la SAFE de l'excédent de la balance des comptes courants de la Chine, excédent qui a plus que doublé au troisième trimestre par rapport à la même période l'an dernier. L'excédent a atteint 103% sur un an, principalement grâce à une hausse des exportations.

Le yuan a gagné près de 0.1% pour la première fois cette semaine, pour atteindre 6.6495, une hausse qui demeure toutefois mesurée. En revanche, la hausse du won sud-coréen fut plus nette, de près de 0.4% à 1.137.65 tandis que le ringgit gagnait 0.3% à 3.1300 et le dollar de Singapour 0.4% à 1.3071. En revanche, le dollar de Taïwan restait inchangé aujourd'hui, et le peso des Philippines a accusé une chute surprise à un plus bas de deux mois à 44.285 pesos pour un dollar après la contraction inattendue du PIB du pays de 0.5% au troisième trimestre de cette année.

Une nouvelle bad bank pour l'Irlande

En Europe, la question irlandaise a dominé les échanges ce matin, sachant que le calendrier économique est assez vide. Pas de quoi réellement influencer le devenir de l'euro positivement dans l'immédiat. Ainsi, l'euro, après avoir un peu récupéré de trois jours consécutifs de baisse, a de nouveau légèrement perdu du terrain face à l'USD en début des échanges, à 1.3314 tandis que la chute face au yen s'est accentuée, les investisseurs s'attendant à ce que la monnaie unique tombe à 110.80 yens prochainement.

Selon la presse irlandaise, Dublin pourrait prochainement se doter d'une deuxième bad bank qui aurait pour objectif de collecter les créances douteuses de Bank of Ireland, Allied Irish Banks, Irish Life & Permanent et de la société de crédit immobilier EBS. Une première bad bank fut créée il y a quelques mois pour transférer les créances douteuses de l'Anglo Irish Bank et d'Irish Nationwide.

L'Europe fait également face à une résurgence du conflit social sous l'effet des mesures d'austérité. Après le Portugal hier, c'est au tour de la Grèce de céder à la grève, pour l'instant seulement dans les transports urbains en raison de la prochaine réforme de la législation du travail, sous la pression de l'UE et du FMI. Une grève générale est également prévue dans tout le pays le 15 décembre prochain avant le vote du budget pour l'année 2011.

Au niveau des indicateurs macroéconomiques, la séance européenne risque d'être plutôt calme avec, pour l'instant, uniquement la publication du moral des consommateurs français qui s'est amélioré pour le quatrième mois consécutif en novembre, progressant de deux points à – 32. Cependant, cet indicateur n'est pas suffisant pour inverser la tendance sur l'EUR/USD.

L'EUR/USD vers 1.3100

Selon l'analyse technique, l'EUR/USD risque de s'enfoncer davantage si la paire passe en-dessous de 1.3300, sachant que la paire n'est qu'à quelques pips de ce niveau ce matin. En revanche, pour qu'une inversion de la tendance se produise, il faudrait que la paire franchisse le seuil de 1.3467, ce qui semble peu plausible pour le moment. En cas de franchissement du seuil de 1.3300, l'EUR/USD risque de s'orienter rapidement vers 1.3100. Dans ce contexte, nous conseillons vivement de vendre des euros et d'acheter des dollars et des yens.

Chute de la couronne suédoise

Enfin, à l'écart de la question irlandaise, la courone suédoise a perdu près de 0.1% à 9.2748 face à l'euro et 0.3% à 6.9655 face au dollar suite à la chute de l'indice de confiance de l'Institut National de Recherche Economique Suédois, qui est passé à 22.6 en novembre contre 23.4 en octobre.