franc_suisseL'aversion au risque continue de favoriser les devises refuges, comme le CHF ou encore l'USD. Ce matin, le dollar continuait son appréciation face au franc suisse, s'établissant vers 10h GMT à 1.0013 franc pour un dollar. La devise américaine s'est reprise depuis son plus bas du 14 octobre dernier, à 0.946 franc. La devise devrait vraisemblablement poursuivre son appréciation face à la monnnaie helvétique en raison du contexte global plutôt favorable au dollar.

En revanche, fragilisé par la crise irlandaise et les risques de contagion, l'euro est toujours dans un trend baissier face au CHF, réussissant toutefois ce matin à se stabiliser autour de 1.3276 franc pour un euro. Sur la semaine, nous nous attendons à ce que le CHF évolue dans un canal assez large compris entre 1.3100 et 1.3400 avec une forte chance de baisse vers 1.3100. D'ici à la fin de l'année, dans le contexte actuel, il semble probable que l'EUR s'achemine vers 1.3000 pour le passage à la nouvelle année.

Le statut de valeur refuge du CHF et aussi les fondamentaux économiques de la Suisse plaident en faveur d'une appréciation de la monnaie nationale.

Bien qu'un ralentissement de la croissance a été constaté au cours des derniers mois, les indicateurs sont au vert dans la Confédération. Selon UBS, la croissance économique pourrait dépasser les précédentes prévisions pour 2011 avec une croissance à 2.3% et à 2.1% pour 2012. Cette croissance devrait toutefois réussir à faire grimper le taux d'inflation à près de 2% en 2012 alors qu'il se situe autour de 0% en ce moment. Un relèvement des taux de la BNS n'est donc pas exclu afin de modérer le rythme d'appréciation de l'inflation au cours de l'année prochaine.

Les bonnes perspectives concernant la croissance économique transparaissent notamment au niveau des décideurs économiques puisque l'indice CFO suisse a repris sa hausse ce trimestre après une baisse au trimestre précédent selon les chiffres dévoilés au début du mois. Toutefois, l'appréciation du franc suisse pose encore quelques problèmes et soulèvent des incertitudes au niveau des entreprises mais aucune ne réclame pour l'instant, en raison de l'échec de la politique de la BNS d'intervention sur le marché des changes, que des mesures concrètes soient prises. Le nouveau président de Swissmem a ainsi appelé aujourd'hui la BNS a mieux contrôler les variations des changes, tout en excluant un appel à une intervention directe sur les changes.



N'oubliez pas de participer à la quatrième semaine du concours « Gagnez un Ipad avec forex.fr! ».