chmeursSur le plan macroéconomique, le taux d'inflation est resté inchangé dans la zone euro à 1.9% sur un an en novembre, conformément aux attentes. En revanche, les chiffres du chômage qui ont été communiqués par Eurostat sont particulièrement mauvais puisque le chômage dans la zone euro a atteint 10.1% en octobre, principalement à cause d'une forte hausse en Italie. Le chômage est ainsi à son niveau le plus élevé depuis juillet 1998.

Par ailleurs, des rumeurs, rapidement démenties par le porte-parole du gouvernement, François Baroin, laissent entendre que la note souveraine de la France, actuellement triple A, pourrait être placée sous perspective négative. Ces rumeurs ont été ébruitées par plusieurs traders. Standard & Poor's, l'agence concernée par une éventuelle mise sous perspective négative de la note de la France, n'a pas voulu commenter les rumeurs, affirmant seulement de la note souveraine de la France est AAA avec une perspective stable. Suite à ces rumeurs, les principales valeurs bancaires à Paris ont chuté d'environ 3% hier, avec une chute très importante de la Société Générale.

Enfin, la situation sur le marché des changes et sur le marché obligataire a continué à se détériorer hier considérablement, l'euro passant en-dessous de la barre de 1.30 dollar pour la première fois depuis mi-septembre. L'écart entre les taux s'est également creusé entre les pays périphériques et les taux allemands. L'Espagne et l'Italie ont été les principaux pays touchés, le premier devant s'acquitter d'une prise de risque de 3% tandis que le deuxième doit s'acquitter d'une prime de 2.09%.