CurrencyQuotes_XS1Le marché des changes est plutôt calme à midi, les principales paires étant stables. Du côté des marchés actions européens, la hausse est prédominante peu avant l'annonce des taux de la Banque Centrale Européenne et l'éventuelle annonce d'une aide pour les pays européens rencontrant des difficultés budgétaires.

Session asiatique
Au cours de la session asiatique, le dollar australien a remonté la pente mais a fini la session nettement en-dessous de son plus haut niveau de séance suite à une baisse inattendue en octobre des ventes au détail, laissant anticiper un maintien des taux d'intérêt par la RBA pendant une bonne partie de l'année 2011. Les analystes s'attendent à un statu quo au moins jusqu'au mois de mars. Alors que les économistes s'attendaient à une hausse modérée de 0.4%, les ventes au détail ont baissé de 1.1% sur un mois selon le Bureau des statistiques australien.

Cette annonce fait suite à la confirmation hier que l'économie australienne a augmenté au rythme le moins soutenu depuis deux ans au cours du troisième trimestre de cette année.

Par ailleurs, la paire USD/JPY a invalidé la clôture haussière de mercredi, le dollar US franchissant le seuil des 84 yens. Depuis, la paire a peu évolué, restant à ce niveau mais affichant un recul de 0.05% vers midi dans la séance européenne. Les investisseurs sont surtout dans l'attente de la publication des allocations chômage à 14H30 qui sont attendues à 424K et des ventes de logements attendus en légère baisse de 0.7% un peu plus tard dans l'après-midi.

Session européenne
En Europe, l'euro s'affiche extraordinairement stable face à l'USD, évoluant légèrement au-dessus du seuil de 1.31 après une chute en dessous de 1.30. Face au yen, en raison de l'aversion au risque, l'euro perdait quelques fractions mais évoluait toujours autour de 110 yens ce midi.

La prudence des investisseurs s'explique par la tenue de la réunion de la BCE aujourd'hui. Les taux d'intérêt devraient être maintenus à 1% mais les investisseurs attendent surtout d'éventuelles annonces concernant un rallongement des mesures d'assouplissement monétaire afin d'amortir la crise en Europe. Pour l'instant, nul ne peut présuger de l'attitude de Francfort. A l'origine, la BCE envisageait de retirer à partir de janvier prochain certaines des mesures de soutien à l'économie mais en raison des remous de la crise souveraine, l'institut d'émission de la zone euro pourrait être contraint de revoir sa copie.

Pour avoir un aperçu de l'évolution des autres devises, veuillez consulter l'analyse technique du jour en un seul clic.

L'Espagne tente de rassurer les marchés financiers
Enfin, l'Espagne a pris de court les marchés financiers aujourd'hui en présentant un nouveau train de mesures anti-crise. Le gouvernement Zapatero a annoncé devant le Parlement plusieurs nouvelles mesures, à savoir la suppression des allocations exceptionnelles pour les chômeurs en fin de droit à partir du mois de février. Cette décision devrait entraîner une agitation sociale importante en raison de la forte hausse du chômage depuis la crise, le nombre de demandeurs d'emploi atteignant 20% de la population active. De plus, le guvernement a décidé de favoriser l'emploi en se tournant surtout vers les PME via une baisse des impôts qui devrait profiter à plus de 40 000 PME. Enfin, le socialiste Zapatero a annoncé plusieurs privatisations partielles, notamment en ce qui concerne les gestion des aéroports et la société publique des loteries et paris ce qui devrait permettre à l'Etat d'engranger pas moins de 14 milliards d'euros.

Ces annonces ont été saluées par les marchés avec une détente des obligations espagnoles et aussi une hausse de la Bourse de Madrid de 4.44%, rompant avec quatre séances consécutives de baisse.