fed1029Hier, peu avant la Fed, l'euro affichait une belle hausse, remontant au-dessus de 1.34 dollar. L'euro avait notamment profité d'une amélioration probable de la situation économique aux Etats-Unis, juste après la publication des ventes au détail.

En effet, les ventes au détail ont progressé plus qu'attendu en novembre outre-Atlantique, laissant présager une accélération de la croissance économique au quatrième trimestre en dépit d'un chômage toujours trop élevé et d'une hausse des prix à la production.

Les ventes au détail ont connu leur cinquième mois consécutifs de hausse, à 0.8% en novembre tandis que la hausse d'octobre fut révisée à 1.7% contre 1.2% initialement. Les économistes ne tablaient que sur une croissance de 0.6% en novembre. Les investisseurs ont rapidement cherché à réévaluer à la hausse la croissance économique américaine.
Cependant, la Fed a rapidement douché tous les espoirs des investisseurs en affirmant dans son communiqué que la reprise économique n'est toujours pas assez soutenue pour le moment pour entraîner une baisse significative du chômage, ce qui laisse présager que la Fed va aller jusqu'au bout de son programme d'assouplissement quantitatif de 600 milliards de dollars. Par ailleurs, la Fed a affirmé qu'elle va maintenir encore pendant longtemps le taux des Fed funds entre 0% et 0.25%. Enfin, la banque centrale américaine a précisé son attention de procéder à 75 milliards de dollars de rachats par mois d'ici la fin du deuxième trimestre 2011.

Le dollar canadien a été pénalisé, comme le peso mexicain, par la Fed. Cependant, le CAD n'a pas attendu la Fed pour baisser puisque la devise canadienne a atteint un plus bas de trois semaines face à l'euro dans les échanges américains hier, atteignant 1.3581 avant de remonter. Le loonie a toutefois échoué à franchir la cible de 1.3550 qui aurait pu ouvrir un nouveau cycle haussier.

Sur le marché obligataire, le calme était de rigueur hier. En Europe, les principaux taux d'intérêt à 10 ans étaient en hausse, le Bund allemand gagnant 5 points de base, les obligations espagnoles 8 points de base et les obligations OAT français 3 points de base. Les obligations grecques terminaient la marché avec une hausse de 2 points de base à 11.90%. Les bons du Trésor américain étaient aussi en hausse considérable, gagnant hier 12 points de base à 3.39%.

Sur le marché des matières premières, la séance d'hier fut assez volatile pour le pétrole mais les cours ont toutefois peu évolué. Ainsi, le pétrole brut léger américain contrat janvier a accusé une perte de 33 cents à New York, à 88.28 dollars le baril. Le cours du pétrole fut pénalisé par le communiqué pessimiste de la banque centrale américaine. La journée d'aujourd'hui reste toutefois d'être positive pour le pétrole, surtout pour le Brent puisque l'Energy Information Agency doit publier cet après-midi les stocks de produits pétroliers pour le marché américain qui se présentent plutôt bien.