dollar_australienLe dollar américain s'est effondré pour la deuxième séance consécutive face à la monnaie unique européenne alors que l'appétit au risque fait son retour, redonnant de la vigueur aux marchés actions et réduisant la demande pour les valeurs refuge.

L'euro a repris du terrain ce matin suite à la publication d'un rapport montrant que la croissance de l'activité manufacturière dans l'euroland fut plus forte que prévu, ce qui pourrait inciter la BCE à remonter ses taux directeurs. Le dollar australien a aussi affiché une bonne hausse suite à l'annonce de la RBA selon laquelle l'investissement du secteur privé est en augmentation. Le won sud-coréen s'est également renforcé suite à la publication d'un rapport montrant que les exportations sont en nette hausse en janvier, gagnant 46% sur un an. Des données fournies en Indonésie et en Inde confirment la même tendance. Le billet vert a enfin perdu du terrain en chutant à un plus bas niveau depuis 11 semaines face à la livre sterling alors que les spéculations concernant une hausse des taux de la BoE s'amplifient.

Selon les analystes du marché des changes, en dépit de l'aversion au risque liée aux évènements en Egypte, nombreuses sont les indications qui tendent à prouver que la reprise est sur de bons rails ce qui devrait, théoriquement, favoriser l'euro face aux devises considérées comme sûres. L'attention portée par les marchés financiers sur la question de l'inflation et le fait que pour le deuxième mois consécutif l'inflation atteint des plus hauts dans la zone euro mettent ,la pression sur le billet vert.

Ainsi, le dollar, en milieu de matinée, a chuté de près de 0.5% à 1.3764 pour un euro et perdait encore plus de terrain face à la livre sterling, atteignant 1.6121 pour une livre après une baisse de 0.7%. La tendance a toutes les chances de se poursuivre dans les prochains jours.

La livre sterling opère sa renaissance

Les économistes s'attendent à ce que le rapport américain sur le secteur manufacturier attendu aujourd'hui soit positif. Selon l'Institute for Supply Management, l'indice pourrait atteindre 58 en janvier.

Cet indicateur pourrait facilement inciter les investisseurs à se reporter sur la livre sterling sachant, en plus, que l'Institut national de recherche économique et sociale a prédit que la BoE va relever ses taux directeurs à trois reprises cette année afin de prévenir une hausse de l'inflation. Les économistes de l'Institut s'attendent à ce que le taux principal de la BoE atteigne 1.25% d'ici à la fin de l'année.

L'euro, l'autre vainqueur de l'Europe

L'euro continue d'augmenter sur le marché des changes, dépassant le niveau de 1.37 dollar, bien que les émeutes en Egypte continuent d'exercer une certaine pression sur les monnaies périphériques et aussi sur le marché du pétrole. La réunion de la BCE prévue le 3 février prochain aura une importance particulière, à un moment où l'inflation semble décidée à augmenter. La conférence de presse de Jean Claude Trichet sera donc un événement crucial pour la séance de jeudi. Toutefois, la hausse de l'euro pourrait être minée si les indicateurs américains concernant l'emploi sont meilleurs que prévu. En effet, ils pourraient offrir un peu de soutien au dollar.

Réunion de la RBA

Enfin, le dollar australien a avancé au-dessus de la parité face au billet vert alors que le gouverneur Stevens a laissé les taux inchangés et signalé que l'inflation devrait rester au cours de cette année comprise entre 2 et 3%. La décision de la banque centrale était largement attendue par les investisseurs. En raison d'un maintien de l'inflation dans la zone cible prévue, la banque centrale ne devrait pas être incitée à augmenter davantage ses taux. Toutefois, face à des taux proches de zéro au Japon et aux Etats-Unis, le dollar australien, dont le loyer est à 4.75%, représente un réel intérêt pour les investisseurs. Par conséquent, la tendance haussière devrait se poursuivre pour l'AUD mais une phase correctrice n'est évidemment pas à exclure.