En Asie, les données économiques australiennes ont attiré toute l'attention aujourd'hui des traders. Selon les chiffres communiqués par le bureau australien des statistiques, les ventes au détail ont augmenté moins que prévu, de 0.2% en données corrigées des variations saisonnières alors que les économistes s'attendaient à une progression de 0.5% en décembre. Ces chiffres soulignent que la consommation en Australie est toujours en phase de reprise et que les consommateurs restent prudents. Suite à ces données, le dollar australien a chuté d'environ un quart de cent face à l'USD avant de reprendre très rapidement le terrain perdu. L'Aussie n'a en revanche pas été affecté par la publication de l'indice de la construction de l'Australian Industry Group qui a chuté de 3.6 points à 40.2 en janvier sur un mois, ce qui indique une contraction de l'activité.
L'Europe s'est éveillé dans le vert aujourd'hui, le Dax, le CAC 40 et le Footsie évoluant en hausse à l'ouverture des marchés financiers. Les indices européens ont été porté par un retour en force de la monnaie unique européenne qui a regagné toutes les pertes subies suite à la publication des chiffres du chômage aux Etats-Unis. L'euro a franchi de nouveau le seuil de 1.36 dollar et celui de 112 yens. La journée s'annonce plutôt calme pour la monnaie unique avec principalement le discours de Jean Claude Trichet devant le Parlement européen à 14H. Ce discours sera très suivi mais il ne devrait pas changer fondamentalement de celui tenu par le président de la BCE jeudi dernier. Ces propos moins alarmistes concernant l'inflation avaient pesé sur le taux de change de l'euro.
La chute de l'appétit au risque a en tout cas freiné le franc suisse ce matin, la devise chutant simultanément face à l'euro et au dollar. En revanche, le GBP était stable avant une semaine marquée par la réunion de la BoE.
Pour finir, la question de la dette reste toujours d'actualité mais elle s'est désormais reportée sur les Etats-Unis et surtout le Japon. Aujourd'hui, le gouverneur de la BoJ a pressé le gouvernement de réduire la dette du pays, quelques jours après l'abaissement de la note par S&P. Les risques concernant la dette japonaise sont différents de ceux de l'Irlande, des Etats-Unis ou de  la Grèce, puisque 95% des bons du Trésor sont détenus par des investisseurs japonais mais le problème reste toutefois entier pour les autorités politiques. Le yen n'a cependant pas répercuté l'appel du gouverneur ce matin.
forex-marketEn Asie, les données économiques australiennes ont attiré toute l'attention aujourd'hui des traders. Selon les chiffres communiqués par le bureau australien des statistiques, les ventes au détail ont augmenté moins que prévu, de 0.2% en données corrigées des variations saisonnières alors que les économistes s'attendaient à une progression de 0.5% en décembre. Ces chiffres soulignent que la consommation en Australie est toujours en phase de reprise et que les consommateurs restent prudents. Suite à ces données, le dollar australien a chuté d'environ un quart de cent face à l'USD avant de reprendre très rapidement le terrain perdu. L'Aussie n'a en revanche pas été affecté par la publication de l'indice de la construction de l'Australian Industry Group qui a chuté de 3.6 points à 40.2 en janvier sur un mois, ce qui indique une contraction de l'activité.
L'Europe s'est éveillé dans le vert aujourd'hui, le Dax, le CAC 40 et le Footsie évoluant en hausse à l'ouverture des marchés financiers. Les indices européens ont été porté par un retour en force de la monnaie unique européenne qui a regagné toutes les pertes subies suite à la publication des chiffres du chômage aux Etats-Unis. L'euro a franchi de nouveau le seuil de 1.36 dollar et celui de 112 yens. La journée s'annonce plutôt calme pour la monnaie unique avec principalement le discours de Jean Claude Trichet devant le Parlement européen à 14H. Ce discours sera très suivi mais il ne devrait pas changer fondamentalement de celui tenu par le président de la BCE jeudi dernier. Ces propos moins alarmistes concernant l'inflation avaient pesé sur le taux de change de l'euro.
La chute de l'appétit au risque a en tout cas freiné le franc suisse ce matin, la devise chutant simultanément face à l'euro et au dollar. En revanche, le GBP était stable avant une semaine marquée par la réunion de la BoE.
Pour finir, la question de la dette reste toujours d'actualité mais elle s'est désormais reportée sur les Etats-Unis et surtout le Japon. Aujourd'hui, le gouverneur de la BoJ a pressé le gouvernement de réduire la dette du pays, quelques jours après l'abaissement de la note par S&P. Les risques concernant la dette japonaise sont différents de ceux de l'Irlande, des Etats-Unis ou de  la Grèce, puisque 95% des bons du Trésor sont détenus par des investisseurs japonais mais le problème reste toutefois entier pour les autorités politiques. Le yen n'a cependant pas répercuté l'appel du gouverneur ce matin.