Forte actualité aux Etats-Unis. L'indice Empire State, qui mesure les perspectives des entreprises industrielles dans la région de New York, s'est accéléré en février, grimpant à 15.4 contre 11.9 en janvier. Par ailleurs, les ventes au détail ont progressé moins vite qu'attendu en janvier, en raison d'un recul dans les secteurs de la restauration et des matériaux pour le bâtiment. Au final, les ventes de détail n'ont augmenté que de 0.3% sur un mois alors que les économistes s'attendaient à 0.6%.
En Chine, bonne surprise du côté de l'inflation puisqu'elle s'est accélérée moins que prévu en janvier, ressortant à 4.9% sur un an alors que les économistes s'attendaient à une hausse de 5.3%.
Sur le marché des matières premières, la hausse se poursuit et le Brésil semble décider à en profiter. Ainsi, le ministre des Finances Mantega a affirmé hier que son pays s'opposerait à toute tentative de régulation du prix des matières premières, volonté pourtant affichée clairement par la présidence du G20.
Pour finir, hier, les bourses européennes ont fini en ordre dispersé, la Bourse de Londres baissant de 0.38%, soit une perte de 23.01 points tandis que le Dax de Francfort était en légère hausse de 0.05% porté par l'annonce d'un accord sur la fusion entre NYSE Euronext et Deutsche Börse.
drapeau_usaForte actualité aux Etats-Unis. L'indice Empire State, qui mesure les perspectives des entreprises industrielles dans la région de New York, s'est accéléré en février, grimpant à 15.4 contre 11.9 en janvier. Par ailleurs, les ventes au détail ont progressé moins vite qu'attendu en janvier, en raison d'un recul dans les secteurs de la restauration et des matériaux pour le bâtiment. Au final, les ventes de détail n'ont augmenté que de 0.3% sur un mois alors que les économistes s'attendaient à 0.6%.
En Chine, bonne surprise du côté de l'inflation puisqu'elle s'est accélérée moins que prévu en janvier, ressortant à 4.9% sur un an alors que les économistes s'attendaient à une hausse de 5.3%.
Sur le marché des matières premières, la hausse se poursuit et le Brésil semble décider à en profiter. Ainsi, le ministre des Finances Mantega a affirmé hier que son pays s'opposerait à toute tentative de régulation du prix des matières premières, volonté pourtant affichée clairement par la présidence du G20.
Pour finir, hier, les bourses européennes ont fini en ordre dispersé, la Bourse de Londres baissant de 0.38%, soit une perte de 23.01 points tandis que le Dax de Francfort était en légère hausse de 0.05% porté par l'annonce d'un accord sur la fusion entre NYSE Euronext et Deutsche Börse.