BCE_Place_Galleria_Toronto_Panorama_2002_cropped- Le dollar a chuté légèrement après les inscriptions au chômage

- Le Portugal va demander l'aide de l'UE

- Rebond du peso colombien

- Les évènements dans les pays arabes pèsent sur les marchés financiers

Mauvaise performance du dollar suite à une hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage. En revanche, la bonne surprise constituée par l'indice Philly a permis de limiter les pertes et de permettre à Wall Street de reprendre un peu de terrain perdu. Le dollar a toutefois perdu beaucoup de terrain face au yen, enregistrant la plus forte baisse en l'espace de sept jours.

La journée fut en revanche très positive pour le franc suisse alors que l'Iran a envoyé deux navires de guerre à travers le Canal de Suez et que l'agitation politique et sociale se répand un peu partout dans les pays arabes, notamment en Syrie, en Libye et aussi à Bahreïn. Hier, le franc suisse a enregistré son plus important gain journalier face au dollar depuis le 28 décembre, avec une hausse de 1.2%. Aujourd'hui, la hausse fut plus mesurée, seulement de 0.9%. Le franc suisse bénéficie de son statut de valeur refuge tandis que les devises matières premières s'affichent en nette hausse suite à la croissance des prix des matières premières. Les permiers bénéficiaires sont le dollar australien et le rand sud-africain. Les évènements dans les pays arabes contribuent à une hausse des cours, notamment du baril de pétrole, ce qui se répercute sur les devises liées.

Enfin, session très positive pour le peso colombien en raison d'une chute de la dette du pays ce qui a entrainé un afflux d'investisseur sur la devise, lui permettant de gagner près de 0.9% face au dollar.

Aujourd'hui, le calendrier économique est très peu chargé mais le marché des changes pourrait connaître des remous importants, surtout sur l'EUR/USD en raison de rumeurs concernant un sauvetage du Portugal. Selon plusieurs sources européennes, le gouvernement portugais devrait faire appel dans les mois qui viennent à l'aide de l'UE. Selon des sources à Bruxelles, Lisbonne n'est pas en mesure de tenir jusqu'à la fin du mois de mars. Jusqu'à présent, le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, était opposé à ce que son pays soit placé sous tutelle mais il semble finalement s'y résoudre, en raison de la détérioration très nette des finances du pays. Un refus de l'aide européenne constituerait, selon de nombreux analystes, un suicide. Maintenant, il est probable que l'appel au secours de Lisbonne ne soit pas apprécié des investisseurs, ce qui pourrait faire chuter lourdement l'euro sur le marché des changes du fait du rebond de la crise de la dette. D'ici à la fin du mois de mars, aucun mécanisme permanent ne devrait voir le jour au niveau européen pour venir en aide aux pays en difficulté, ce qui pourrait provoquer un véritable affolement des marchés financiers.