NZDDPour le deuxième jour consécutif, le dollar néo-zélandais s'est renforcé face au billet vert en dépit des dégâts provoqués à Christchurch par le récent tremblement de terre qui a frappé le pays, le plus meurtrier depuis près de 80 ans.

La hausse du dollar néo-zélandais est le résultat des propos tenus par l'agence de notation financière Standard & Poor's qui a soutenu que la note de la dette souveraine du pays n'est pas "immédiatement affecté" par le tremblement de terre. Le système financier néo-zélandais est considéré comme opérationnel selon S&P et devrait participer amplement à la reconstruction des zones sinistrées. Selon la banque centrale de Nouvelle-Zélande, le tremblement de terre pourrait réduire la croissance économique du pays d'au moins un demi-point de pourcentage.Afin de faire face à une baisse de la croissance, quatre des huit économistes interrogés par Bloomberg prédisent une baisse d'au moins 25 points de pourcentage des taux directeurs dans un proche avenir.

Le NZD a également récupéré du terrain face au yen en raison du reflux des prix du pétrole, ce qui pesé sur la devise nippone, valeur refuge en cette période de fortes agitations en Libye.

En fin de séance, le NZD affichait une hausse de 0.4% face à l'USD et de 0.3% face au JPY.

Le voisin du NZD, l'Aussie, a également poursuivi son renforcement pour la troisième séance consécutive face au billet vert, profitant de spéculation selon lesquelles la hausse récente des matières premières va pousser la banque centrale australienne à relever prématurément ses taux d'intérêt, peut-être même lors de sa prochaine réunion.