bernanke-fed- L'agitation dans les pays arabes se poursuit, favorisant un repli sur les valeurs refuge

- L'ISM manufacturier et les propos de Ben Bernanke ont favorisé le dollar

- Maintien des taux directeurs à 1% au Canada

- Maintien à 4.75% des taux directeurs en Australie

Hier, le dollar américain a connu une excellente séance, effaçant les pertes des derniers jours face à l'EUR. Les évènements géopolitiques au Moyen Orient ont favorisé l'aversion au risque, profitant à la fois au yen et au billet vert. L'USD a également bénéficié d'une hausse rapide de l'ISM manufacturier qui a atteint son plus haut niveau depuis 2004. Les propos de Ben Bernanke devant le Comité bancaire du Sénat ont également, à la surprise générale, permis au dollar de reprendre du terrain. S'exprimant sur la hausse des matières premières et notamment du pétrole, le patron de la Fed a affirmé que cette hausse n'entravera pas le retour à la croissance des Etats-Unis. Concernant l'inflation, Ben Bernanke s'est tenu à ses propos précédents, reconnaissant une légère hausse de l'indice des prix à la consommation mais ne s'en inquiétant pas pour autant. Au final, le dollar a fini en hausse de 0.2% face à l'euro.

Sur fond d'accentuation des tensions en Iran entre les partisans de l'opposition et le régime, le yen aussi a effacé ses pertes face à la monnaie unique européenne.

Bonne performance également pour la livre sterling puisque la devise est passée au-dessus de 1.63 dollar pour la première fois depuis janvier 2010 après une hausse inattendue des prix immobiliers outre-Manche, ce qui a renforcé les spéculations de relèvement des taux directeurs de la BoE.

Enfin, la Russie a annoncé hier l'élargissement de la bande de fluctuation du rouble afin de lutter plus efficacement contre l'envolée des prix à la consommation.

Aujourd'hui, le calendrier économique est très peu chargé avec, essentiellement, les résultats de l'enquête ADP cet après-midi. Ces chiffres auront une importance particulière en raison de la publication le lendemain des demandes hebdomadaires d'allocation chômage et surtout des non-farm payrolls vendredi qui auront un impact majeur sur les marchés financiers.

Il est probable que les évènements dans les pays arabes continuent d'influencer le comportement des investisseurs, les poussant vers les valeurs refuge, notamment l'or, et favorisant la hausse de l'or noir. La séance de jeudi pourrait être éventuellement plus profitable à l'euro si les propos de Jean Claude Trichet vont dans le sens attendu par les cambistes.