eurooo-thumb-200x118-98040Après une séance plutôt calme hier en l'absence d'indicateurs économiques majeurs, l'euro a entamé ce matin un retour au-dessus de 1.44 dollar en dépit de l'annonce la veille de l'abaissement de trois crans de la note souveraine de la Grèce par l'agence de notation S&P, avec perspective négative. Cette décision souligne que l'agence américaine craint que la Grèce ne fasse l'objet d'un défaut de paiement d'ici à un an, hypothèse qui ne doit pas être écartée dans le contexte actuel.

Le rebond de l'EURUSD ce matin doit être, avant tout, compris comme un rebond technique. Le cross ne devrait pas être en mesure de franchir les deux résistances majeures qui lui font face, à 1.4450 et 1.4550. La première résistance est de l'ordre du possible pour le moment mais la deuxième semble peu probable en raison de la persistance d'inquiétudes quant au sort de la Grèce et de la division des européens sur la marche à suivre afin d'éviter au pays de faire faillite. Il est donc sage de vendre si le cross atteint 1.4450 car, d'un point de vue technique, la paire se dirige plutôt, cette semaine, vers 1.4250 voire 1.4150 en cas de mauvais indicateurs économiques.

La résistance de l'EURUSD constatée ce matin s'explique surtout par le fait que la paire avait déjà atteint des plus bas depuis jeudi dernier et bien que la décision de S&P ait pu inquiéter, le potentiel baissier de l'euro était épuisé.

L'EURUSD a aussi certainement profité indirectement d'indicateurs chinois qui ont ravivé l'appétit pour le risque. La conséquence fut directe pour les valeurs refuge puisque le franc suisse s'affichait en baisse simultanée face à l'EUR et à l'USD et l'once d'or perdait près de 6 dollars pour évoluer autour de 1520 USD. Les chiffres de la production industrielle et des ventes de détail ont confirmé une croissance en léger ralentissement mais toujours aussi robuste, notamment grâce à la sage politique monétaire de Pékin. La décision d'augmenter les réserves obligatoires des banques commerciales fut bien accueillie par les cambistes qui préfèrent une croissance en légère baisse mais durable dans le temps qu'une bulle spéculative marquée par une forte inflation.

Le franc suisse ne devrait toutefois pas continuer sur cette tendance baissière face à l'euro. En effet, la paire se rapproche d'une résistance majeure, à 1.2230, se situant actuellement à 1.2131. Il est probable qu'en raison des problèmes de la zone euro, la paire EURCHF s'oriente cette semaine vers 1.1800 ce quoi constituerait un nouveau record.

Enfin, les marchés financiers ont plutôt bien accueilli les chiffres de l'inflation au Royaume-Uni. Comme prévu, l'inflation a atteint 4.5% sur un an au mois de mai, soit largement au-dessus de l'objectif de la BoE. Pour l'instant, les autorités britanniques n'envisagent pas de relever les taux. L'attentisme est parfaitement intégré par les investisseurs Forex. A vrai dire, juste après la publication de ces chiffres, le GBPUSD s'affichait en légère hausse, vers 1.6388 dollar. Cependant, le potentiel baissier reste intacte et pourrait arrimer la paire à proximité de 1.6145 cette semaine.