eurotower_350L'euro a repris le chemin baissier aujourd'hui après avoir gagné une cinquantaine de pips hier dans un marché calme au-dessus de la résistance placée à 1.4450 dollar. Cependant, afin d'invalider nos vues de la semaine, la paire EURUSD aurait dû franchir le niveau de 1.4550 pour vraiment entrer dans un cycle haussier durable. La paire évoluait en cette fin de matinée autour de 1.4340 dollar, avec en ligne de mire à moyen terme le niveau de 1.4285 qui est atteignable d'ici la fin de semaine si l'Union Européenne ne parvient pas à trouver un compromis sur la Grèce.

La réunion de près de six heures hier des ministres des Finances de la zone euro afin d'évoquer une nouvelle aide financière à la Grèce s'est soldée par un échec qui fut très mal accueilli par les marchés financiers alors que les rendements des obligations grecques sont à des niveaux records. Les divergences entre européens furent mises à jour jeudi dernier par le chef de la BCE et ce sont ces mêmes divergences qui devront être aplanies d'ici à la fin du mois afin de respecter le calendrier fixé officiellement pour venir en aide à Athènes. Une nouvelle réunion sur deux jours est prévue ce dimanche au Luxembourg, soit un jour avant la date préalablement prévue.

De plus, les valeurs bancaires ont chuté aujourd'hui dans la foulée de l'euro suite à la décision de l'agence de notation financière Moody's de revoir les notes des banques françaises. Un abaissement pourrait intervenir pour BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole en raison de leur forte exposition à la dette grecque. La banque franco-belge Dexia ainsi que le secteur bancaire allemand pourraient être aussi concernés. A Paris, la chute fut importante pour les valeurs bancaires ce matin : BNP Paribas perdait 1,73% à 51,71 euros, la Société Générale 1,78% à 39,10 euros et le Crédit Agricole 1,79% à 9,97 euros.

Les bons chiffres de la production industrielle dans la zone euro, en hausse de 0.2% en avril sur un mois, n'ont pas suffit à inverser la tendance clairement baissière sur l'EURUSD.

Enfin, outre-Manche, la livre sterling continuait sa baisse face à l'USD, évoluant autour de 1.6300 alors que les chiffres du chômage publiés ce matin sont moins bons que prévu. Le nombre de bénéficiaires des allocations chômage a en effet enregistré en mai sa plus forte hausse depuis deux ans, avec un bond mensuel de 19 600, contre une prévision initiale des analystes à 7 000. Le léger rebond d'hier du GBP est désormais terminé. Le GBPUSD a repris le chemin de la baisse, avec un objectif inchangé à 1.6215/6145. Le potentiel de baisse est donc encore important sur le cross.