etude-de-marche-internet-fond-grisDéfaut de paiement des Etats-Unis, crise de la dette en Grèce et relèvement des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne ont rythmé l'actualité des marchés financiers cette semaine, mettant au second plan les fondamentaux économiques.

La tendance de fond du marché Forex fut à l'accroissement de l'appétit au risque ce qui s'est fait au détriment des principales valeurs refuge. Ainsi, l'EURUSD a franchi en fin de semaine la barre de 1.4550 USD, un mouvement de hausse qui traduit l'apaisement des tensions dans la zone euro. Ce mouvement a aussi été constaté face au yen, puisque l'euro a franchi la barre de 117 yens ce matin, et face au franc suisse avec une évolution impressionnante, le cross passant de 1.1807 lundi à 1.2255 en milieu de matinée aujourd'hui.

Les investisseurs se sont surtout concentrés cette semaine sur le vote du Parlement grec de nouvelles mesures d'austérité. Vote rapidement acquis par le gouvernement ce qui ouvre la voie au versement de la cinquième tranche du prêt de 110 milliards d'euros consenti par le FMI et Bruxelles. Le risque d'un défaut de paiement de la Grèce est désormais écarté pour quelques mois. L'Europe peut donc se tourner plus paisiblement vers l'avenir et étudier les modalités d'un nouveau prêt qui verrait l'entrée en scène du secteur privé. Les discussions devraient aboutir à un prêt d'ici à la rentrée selon Bruxelles.

La monnaie des 17 fut également soutenue, une fois le volet grec clôt, par les propos de Jean Claude Trichet en faveur d'une hausse des taux directeurs dans la zone euro dès la réunion de jeudi prochain. La BCE devrait, alors que l'inflation est toujours à 2.7% en rythme annuel, porter les taux à 1.50% afin de freiner ces tensions. Le différentiel de taux entre les deux bords de l'Atlantique devrait mécaniquement avantager l'euro. Afin de savoir quels niveaux l'euro pourrait atteindre la semaine prochaine, ne ratez pas l'analyse technique de Forex.fr de lundi matin.

L'affaiblissement du dollar américain ne fut pas seulement un phénomène lié à l'euro puisque le Dollar Index a chuté sur la semaine de près de 2.06% pour atteindre le niveau de 74.65 points. La chute la plus conséquente fut face au franc suisse, puisque le cross a atteint en milieu de semaine un record historique à 0.8276. Plusieurs défis se présentent en ce moment aux Etats-Unis ce qui pèse sur le dollar et nuit à son statut de valeur refuge. Outre le risque d'un défaut de paiement qui se précise de jour en jour, les derniers indicateurs montrent abondamment un ralentissement de l'activité économique alors que le deuxième cycle d'assouplissement quantitatif s'est terminé hier. Le premier bilan est plutôt médiocre puisque ces mesures exceptionnelles ont essentiellement permis d'éviter la déflation sans donner une nouvelle vigueur à la croissance et faire diminuer le taux de chômage. La Fed pourrait s'orienter vers un QE3 mais les avis sont très partagés sur l'opportunité d'une telle mesure. Les chiffres du chômage qui sont attendus vendredi prochain éclaireront certainement le débat.