eurooooHier, l'EURUSD a reculé à un plus bas de séance de 1.4416 suite à la décision surprise de l'agence de notation financière Moody's de reléguer le Portugal dans la catégorie des investissements «spéculatifs » en abaissant la note à long terme du pays de quatre crans, à « Ba2 ». Selon les critères de notation de Moody's, le Portugal rejoint ainsi la Turquie mais aussi l'Egypte, l'Indonésie et l'Angola qui figurent dans la liste des investissements « spéculatifs » avec une note un peu meilleure, à « Ba1 ».

Pour justifier sa décision, Moody's a affirmé que Lisbonne ne devrait, vraisemblablement, pas être en mesure d'abaisser le déficit cette année de 9.1% à 5.9%. De plus, évoquant ce qui se passe justement en Grèce, l'agence a aussi évoqué la possibilité pour Lisbonne de solliciter un deuxième plan d'aide, le pays ne pouvant pas revenir sur les marchés financiers à l'échéance prévue.

Cette annonce a eu pour conséquence, en dépit des appels aux calmes lancés notamment par le ministre de l'Economie François Baroin, de faire monter les rendements de la dette portugaise ce matin. Le cours des obligations à deux ans a ainsi bondi de 121 points de base à 14.60% tandis que le rendement de la dette à 10 ans grimpait à 12.68%. La panique s'est emparée des investisseurs qui ont aussi évité la dette irlandaise et ont préféré se réfugier sur les Bunds.

La décision de Moody's intervient le lendemain de l'annonce de S&P selon laquelle les deux scénarios évoqués par Paris afin de rééchelonner la dette grecque pourraient être assimilés à un défaut de paiement, au moins partiel. Interrogée à ce sujet, la chancelière allemande a mis clairement en garde hier les agences de notation qui sont accusées d'accentuer la panique sur les marchés financiers. S&P, par la voix de son représentant en Allemagne, a réagi vivement à ces accusations ce matin, les jugeant infondées.

La Grèce continue aussi d'être au menu du marché des changes aujourd'hui. Dans la prévision d'un deuxième plan d'aide en septembre, l'Institut de Finance Internationale présidera aujourd'hui une réunion en présence de représentants européens et de créanciers privés afin de prolonger les discussions techniques qui ont déjà eu lieu. Il est probable que le cas du Portugal, qui ne figure pas au programme, soit évoqué rapidement.

En dépit des nombreuses inquiétudes concernant la crise souveraine en Europe, la monnaie des 17 affiche une bonne résistance, essentiellement soutenue par la perspective d'un relèvement monétaire dès demain qui devrait porter les taux dans la zone euro à 1.50%. Toutefois, notre vision optimiste du début de semaine ne semble plus correspondre à la réalité et il est désormais peu probable que l'euro puisse grimper jusqu'à 1.4700 demain. Pour la séance d'aujourd'hui, qui sera marquée uniquement par la publication des nouvelles commandes industrielles en Allemagne à 12h pour l'Europe, le canal de fluctuation du cross devrait être compris entre 1.4375 et 1.4525. Large bande de fluctuation qui reflète la forte volatilité de la paire.