drapeau_chypre-2En décembre 2010, notre rédaction mettait déjà en garde dans un article polémique intitulé « Chypre sera-t-elle la nouvelle Grèce » sur l'état inquiétant des finances publiques de ce petit Etat qui a rejoint récemment l'UE. Depuis notre article, la situation s'est considérablement détériorée et, s'il y a six mois la nécessité d'une aide extérieure semblait encore évitable, désormais, ce scénario est de plus en plus considéré comme probable par les économistes.

L'éventualité d'une aide extérieure, en provenance de la zone euro, s'est précisée suite à l'explosion qui a eu lieu il y a quinze jours sur l'île, tuant plusieurs hauts responsables militaires, et détruisant la plus grande centrale électrique de l'île.

Avec un déficit représentant 5.1% du PIB de l'île et une dette publique d'environ 60%, Chypre est incontestablement dans une meilleure position financière que la Grèce, l'Irlande ou encore le Portugal. Cependant, du fait de la très forte dépendance de l'économie chypriote à la Grèce, qui est l'un des principaux partenaires commerciaux, l'économie de l'île s'est considérablement fragilisée au cours des derniers mois, les créanciers pointant le risque de défaut de paiement de la Grèce et aussi les problèmes structurels de Chypre dont des services publics qui pèsent trop sur la dynamique économique.

Avec la destruction de près de la moitié des capacités électriques du pays en seulement quelques instants, la situation s'est aggravée à tel point que le gouverneur de la Banque centrale, Athanasios Orphanides, a écrit un courrier au président et aux principaux chefs de parti afin de les appeler à prendre des mesures drastiques rapides, au risque sinon de devoir faire appel dans les plus brefs délais à l'aide étrangère. Un tel scénario n'est pas encore évoqué à Bruxelles et, quant bien même il se réaliserait, cette aide ne serait rien contre le montant que l'UE va devoir de nouveau injecter à la Grèce.

Très pessimiste, le gouverneur a comparé la situation économique actuelle du pays, qui repose sur le tourisme et les services internet, notamment dans le domaine du trading en ligne, à celle de 1974, date à laquelle la Turquie a envahi le pays.