Bcp6GVOa6LXYHrCCrDmIQK5oSelon l'ONS, les ventes de détail en Grande Bretagne ont affiché une faible hausse en juillet, de seulement 0.2% sur un mois. Sur un an, elles sont ressorties stables. Cette hausse est nettement inférieure aux attentes des économistes qui tablaient sur une croissance mensuelle et annuelle de 0.3%.

Aux Etats-Unis, les prix à la consommation ont augmenté davantage que prévu en juillet, du fait d'un rebond des prix de l'essence. En données CVS, l'augmentation fut sur un mois de 0.5% alors que les économistes s'attendaient à une croissance de 0.2% après un recul de 0.2% en juin.

Par ailleurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté lors de la semaine du 13 août, à 408 000 contre 399 000 (révisé) la semaine précédente, selon le Département du Travail. Les économistes s'attendaient en moyenne à 400 000 inscriptions.

Du fait de l'aversion au risque et des craintes autour de la crise souveraine européenne, le prix de l'once d'or a enregistré hier un nouveau record, atteignant 1 816 euros l'once sur le marché au comptant.

Carole Sirou, présidente de S&P pour l'Europe francophone, n'a pas souhaité commenté les rumeurs concernant une éventuelle dégradation de la note souveraine de la France mais a déclaré sur RTL hier que « la note de la France est AAA stable, c'est le cas depuis 1975 ». « Nous sommes confiants sur cette note » a-t-elle ajouté.

Enfin, le président de la fédération bancaire allemande BdB a affirmé, à l'occasion d'une réunion à Berlin, ne pas exclure une nouvelle participation du secteur privé dans l'éventualité d'une détérioration de la crise de la dette dans la zone euro. En revanche, il a exprimé de sérieux doutes quant à l'utilité d'une nouvelle taxe sur les transactions financières, comme proposé par Berlin et Paris.