Sans réelle surprise, vendredi dernier, plusieurs banques européennes ont été sanctionnées par les agences de notation financière.
L'agence S&P a abaissé d'un cran la note du groupe DEXIA (DEXIA Credit Local, DEXIA Bank et DEXIA BIL), à "A-", tout en la maintenant cependant largement en catégorie "investissement" ce qui a eu pour effet de limiter les craintes pour la banque.
Par ailleurs, Moody's a déclassé 12 établissements financiers du Royaume-Uni à l'issue de l'examen du soutien que certaines banques pourraient recevoir en tant qu'institutions systémiques. La note de Lloyd's a été abaissée d'un cran à A1 (contre Aa3), tandis que Royal Bank of Scotland a vu la sienne reculer de deux crans à A2 (contre Aa3). Parmi les autres établissements concernés, on retrouve notamment Santander UK, filiale de la banque espagnole . L'agence considère que l'Etat britannique devrait venir en aide aux banques systémiques mais laisser faire faillite certaines petites banques.
Schéma presque identique pour le Portugal où l'agence a abaissé la note de neuf banques portugaises dans la foulée de la dégradation en juillet de la note souveraine du pays.
Du fait des inquiétudes manifestes des investisseurs et des experts concernant certaines banques européennes, une recapitalisation s'avère presque inévitable. La CE doit d'ailleurs présenter une proposition dans ce sens avant le sommet européen du 17 octobre. Cependant, des points importants de divergence restent à surmonter, Paris souhaitant recourir au FESF pour refinancer les banques, ce qui est exclu pour le moment par Berlin et le Commissaire européen Olli Rehn qui a laissé entendre qu'au moins tous les pays notés AAA et la plupart des pays de l'UE peuvent financer leurs banques par l'intermédiaire des marchés ou de l'Etat.
images-1Sans réelle surprise, vendredi dernier, plusieurs banques européennes ont été sanctionnées par les agences de notation financière.
L'agence S&P a abaissé d'un cran la note du groupe DEXIA (DEXIA Credit Local, DEXIA Bank et DEXIA BIL), à "A-", tout en la maintenant cependant largement en catégorie "investissement" ce qui a eu pour effet de limiter les craintes pour la banque.
Par ailleurs, Moody's a déclassé 12 établissements financiers du Royaume-Uni à l'issue de l'examen du soutien que certaines banques pourraient recevoir en tant qu'institutions systémiques. La note de Lloyd's a été abaissée d'un cran à A1 (contre Aa3), tandis que Royal Bank of Scotland a vu la sienne reculer de deux crans à A2 (contre Aa3). Parmi les autres établissements concernés, on retrouve notamment Santander UK, filiale de la banque espagnole. L'agence considère que l'Etat britannique devrait venir en aide aux banques systémiques mais laisser faire faillite certaines petites banques.
Schéma presque identique pour le Portugal où l'agence a abaissé la note de neuf banques portugaises dans la foulée de la dégradation en juillet de la note souveraine du pays.
Du fait des inquiétudes manifestes des investisseurs et des experts concernant certaines banques européennes, une recapitalisation s'avère presque inévitable. La CE doit d'ailleurs présenter une proposition dans ce sens avant le sommet européen du 17 octobre. Cependant, des points importants de divergence restent à surmonter, Paris souhaitant recourir au FESF pour refinancer les banques, ce qui est exclu pour le moment par Berlin et le Commissaire européen Olli Rehn qui a laissé entendre qu'au moins tous les pays notés AAA et la plupart des pays de l'UE peuvent financer leurs banques par l'intermédiaire des marchés ou de l'Etat.