images-1Trend baissier très évident pour l'EURUSD dans les premiers échanges européens alors que les indices boursiers du Vieux-Continent, comme le CAC 40, ont démarré la séance dans le rouge après l'annonce de Moody's de son intention de revoir la perspective de la note de la dette à long terme de la France dans les trois prochains mois.

Scénario EURUSD du jour:


Depuis l'ouverture, l'EURUSD continue sa baisse, passant de 1.3743 à 1.3728 à 10h30, heure de Paris, en raison d'un regain d'inquiétudes sur la France. La baisse de la paire était déjà entamée hier mais, cette annonce, a précipité les choses. Encore haussiers hier, nous sommes contraints de revoir nos perspectives pour le cross après ce nouveau rebond dans la crise souveraine.

Pour les prochaines 24 heures, nous pensons qu'il convient de jouer la bande de fluctuation 1.3675-1.3835 avec tendance plutôt baissière car les indicateurs macroéconomiques attendus aujourd'hui ne sont pas prompts, selon les estimations, à fournir une quelconque raison d'être optimiste aux cambistes.

Sur ce terrain, il conviendra surtout de regarder de près les résultats du sondage ZEW allemand à 11h qui est attendu à -45, soit en léger recul, ce qui matérialiserait simplement les craintes des investisseurs outre-Rhin dans ce contexte troublé. Enfin, à 14h30, le PPI hors alimentation & énergie sera publié aux Etats-Unis, a priori stable.

Point sur les fondamentaux EURUSD:


Déjà échaudés par les propos tenus par les responsables allemands hier sur l'issue du sommet européen du 23 octobre, les intervenants du marché des changes ont cédé, pour beaucoup, à l'affolement après que l'agence de notation financière Moody's ait annoncé son intention d'étudier au cours des trois prochains mois s'il y a lieu de revoir la perspective d'évolution de la note souveraine de la France, qui est pour le moment "stable".

En cas de révision de la perspective de la note de la dette à long terme de la France à "négative", cela signifierait que l'agence serait susceptible de l'abaisser à moyen terme, d'ici trois mois à un an en général.

Plusieurs points risquent d'être étudiés par l'agence à savoir:

  • la capacité de la France à tenir ses engagements budgétaires

  • la solidité financière du gouvernement qui s'est nettement détériorée et dont les ratios d'endettement sont désormais parmi les plus faibles des pays possédant un triple "A"

  • la confiance des investisseurs vis à vis de la France qui pourrait être mise en difficulté du fait du soutien que le pays va être contraint d'apporter à son système bancaire, sachant que le gouvernement a désormais moins de marge de manoeuvre qu'en 2008


Immédiatement après cette annonce de la part de Moody's, les CDS à cinq ans sur la France se sont affichés en forte hausse, de 10 points de base dans les premiers échanges européens pour atteindre 194 pdb selon des données fournies par Markit.