15019Les évènements clés
 

- La spéculation entraîne l'EUR à un plus bas de 10 semaines face au JPY en dépit de l'opération obligataire espagnole qui a été plutôt réussie
- Indices PMI européens en contraction
- La Russie envisage d'apporter son aide à la zone euro à hauteur de 20 milliards de dollars
- Un nouveau Sommet européen est prévu les 7 et 8 février 2012 à Bruxelles
 

L'analyse du jour:
 

La santé des marchés financiers préoccupe toujours autant alors que la situation sur le front économique dans la zone euro ne semble pas s'améliorer. En effet, les indices PMI publiés aujourd'hui ont confirmé les craintes d'une nouvelle récession. L'indice PMI flash du secteur manufacturier allemand est resté en-dessous de 50, à 48.1, ce qui marque une légère progression, tandis qu'au niveau de la zone euro, l'indice PMI de l'activité privée s'est établi à 47.9 en novembre (contre 47 en novembre). Les légers signes d'amélioration ne semblent pas suffisant, à l'heure actuelle, pour éviter une récession au premier semestre de l'année prochaine.
L'annonce par la Russie de participer au sauvetage de l'Europe, via le FMI, pour un montant de 20 milliards de dollars, répartis en deux fois, n'a pas suffi à calmer les investisseurs. Au demeurant, hormis la Russie et la Pologne, aucun autre pays ne s'est engagé publiquement sur une somme précise pour venir en aide aux pays en difficulté de la zone euro via le FMI, ce qui souligne encore l'échec du Sommet européen de décembre.
 
Déjà, un nouveau Sommet est prévu à Bruxelles, les 7 et 8 février prochains, selon des sources diplomatiques, afin de faire le point sur la situation dans la zone euro. Ce sommet pourrait survenir dans un contexte encore plus troublé, puisque les agences de notation pourraient avoir déjà pris une décision concernant l'eurozone, avec toutes les conséquences que cela implique.
 
Sur le marché des changes, la situation est telle que l'euro continue sa chute en atteignant un plus bas de dix semaines face au yen, après avoir franchi, la veille, à la baisse le niveau de 1.30 face au dollar, une première depuis janvier. Au total, selon le Bloomberg Correlation-Weighted Index, la monnaie des 17 a perdu 1.6% sur le mois dernier, tandis que dans le même temps, les valeurs refuge se sont appréciées, avec un gain de 3.2% pour le dollar et de 1.8% pour le yen, principalement en raison de l'incapacité des dirigeants européens à résoudre la crise souveraine.
 
Sur le front obligataire, la situation est assez médiocre. Le Trésor espagnol a émis pour 6.028 milliards d'euros d'obligations à 4, 9, et 10 ans, soit près du double de l'objectif du gouvernement, mais, sans surprise, à des taux en hausse. Ainsi, les taux sont passés à 5.201% pour les obligations à 9 ans et à 5.545% pour celles à 10 ans.
 

Les prévisions du jour:
 

Sans nouvelle réaction énergique des européens, l'affaiblissement de l'euro devrait se poursuivre, notamment face au dollar et au yen. Le niveau de 1.25 pour l'EURUSD semble de plus en plus probable sur le moyen terme, à moins d'un sursaut.

Dans l'immédiat, les marchés surveilleront plusieurs indicateurs américains mineurs dans l'après-midi, dont l'indice des prix à la production, les nouvelles demandes hebdomadaires d'allocation chômage et l'Empire Manufacturing qui tomberont à 14h30, heure de Paris. Un nouveau discours du chef de la BCE sera aussi à surveiller de près.