bloomberg-largeL'indice Bloomberg de confiance des consommateurs fut lancé officiellement en février 2011 par la firme Bloomberg qui est détenue par l'actuel maire de New York. Dénommé en anglais Bloomberg Consumer Comfort Index, l'indice ne s'est pas encore imposé à côté par exemple de l'indice du Conference Board mais devrait, à l'avenir, avoir une importance de plus en plus cruciale pour juger de l'état de l'économie américaine, renforçant au passage son influence sur les devises du marché des changes et le dollar plus spécifiquement.

L'indice est produit par Langer Research Associates, une firme basée à New York. Pour aboutir à cet indice, une enquête est réalisée par téléphone auprès d'environ 250 consommateurs adultes chaque semaine, soit une base de 1000 réponses par mois. L'indice est publié chaque semaine et prend en compte le pourcentage d'opinions négatives et d'opinions positives, le résultat étant par la suite divisé par trois. L'amplitude de l'indice peut aller de 100 à – 100.

Trois données sont particulièrement prises par en compte par cet indice de confiance, à savoir la perception des consommateurs concernant l'état de l'économie, les finances personnelles et enfin les achats de biens et de services.

Pour les économistes, cet indicateur est très précieux car il fournit ensuite des informations concernant l'âge, le niveau de revenus, le lieu de résidence, l'affiliation politique, le statut familial ou encore la race, des données qui sont parfois impossibles à posséder en France en raison des lois en vigueur. L'indice compile des informations qui remontent jusqu'à 1985, en faisant une véritable base de données pour les économistes.

A long terme, comme tout indicateur de confiance des consommateurs, il donne des informations précieuses sur l'économie et ses perspectives d'évolution. Pour l'instant, son impact est plutôt faible sur le dollar car il n'a pas encore la réputation de l'indice du Conference Board ou de l'Université du Michigan sur les traders.