IPC USAL’IPC (Indice des Prix à la Consommation ou Consumer Price Index) aux Etats-Unis est un indice qui mesure l’évolution du prix du panier fixe de biens et de services représentatif des achats des consommateurs américains. On distingue l’IPC de base, l’IPC portant sur les salariés urbains et les employés de bureau et l’IPC relatif à tous les consommateurs urbains.

Composition de l’IPC

Cet indicateur sert de mesure à l’évolution des prix des biens principalement dans l’alimentation, les vêtements, les transports, l’automobile, les médicaments, les loisirs, l’éducation et le tabac. Certaines de ces composantes sont très volatiles comme le tabac, les vêtements, l’automobile et les tarifs aériens.

L’IPC de base ne tient pas compte de l’alimentation et de l’énergie, étant donné que leur volatilité est telle que la prise en compte de ces composantes dans le calcul de cet IPC ne reflèterait pas une vision fidèle de l’inflation. L’indicateur retenu est aussi plus communément connu sous le nom de "taux réel" d’inflation.

L’IPC pour les salariés urbains et les employés de bureau inclut notamment les employés de bureau, les vendeurs, les artisans, les coopératives, les ouvriers et les employés du secteur tertiaire. Sont exclus de cette composition les travailleurs professionnels, les travailleurs indépendants et tous ceux n’appartenant pas à la population active (retraités et chômeurs).

L’IPC pour les salariés urbains comprend à la fois les consommateurs urbains des zones métropolitaines des Etats-Unis et de tous les lieux urbains de plus de 2500 habitants à l’exception des consommateurs ruraux, des militaires et de la population institutionnelle.

Méthodologie utilisée dans le calcul de cet indice

Sur une base nationale datant de 1982-1984, cet indice est publié par le Bureau of Labor Statistics vers le 13 de chaque mois (15h30 GMT) et est révisable annuellement en février.

A l’issue d’un échantillonnage, les prix des paniers de biens sont pris en compte et pondérés par leur poids dans la consommation. Puis, les prix des biens du mois courant sont comparés à ceux obtenus lors du mois précédent, sous l’hypothèse que les paniers de biens servant au calcul de l’IPC sont identiques.

Ainsi, grâce à cet indicateur, il devient possible de connaître l’évolution des prix des biens. Mais en réalité, cet indicateur a surtout tendance à surestimer l’inflation car il ne prend pas en compte la variation des prix des biens dans les nouvelles technologies. L’autre point négatif à retenir est qu’il ne reflète pas les effets de substitution existant entre les produits. Néanmoins, cet indicateur reste, du point de vue des économistes, le meilleur outil de référence de l’inflation.

Influence de cet indicateur

L’IPC est l’un des indicateurs macroéconomiques les plus utilisés, notamment comme outil de base de la politique monétaire de la Réserve Fédérale. En effet, si le taux d’inflation annualisée constatée est supérieur à 2%, la Réserve Fédérale, qui veille aussi à la stabilité des prix, sera incitée à augmenter ses taux directeurs. S’ensuivra alors une baisse des prix conjuguée à une augmentation des taux d’intérêt. Cela aura pour effet d’attirer davantage les investisseurs étrangers et d’accroître la demande du dollar qui deviendra alors une monnaie plus rémunératrice.

Ainsi, lorsque l’indice des prix à la consommation est plus élevé que prévu, le dollar a tendance à se renforcer. A l’inverse, cette monnaie se dépréciera.

Il convient de noter que cet indicateur sert aussi d’outil de référence pour les obligations du Trésor et l’indexation des salaires.

Enfin, l’IPC est aussi utilisé pour connaître la croissance du PIB, l’indexation aux salaires ou encore pour maintenir les loyers, les redevances et les paiements en pension alimentaire.