dollar_us.jpgEn ce jeudi, la monnaie unique européenne continuait son ascension face à la devise américaine, profitant de nombreux signes d'affaiblissement du dollar. Plusieurs raisons sont avancées par les analystes pour expliquer la faiblesse récente du dollar sur le marché des changes.

D'abord, il est une nouvelle fois question du déficit public américain. Publié hier, le déficit cumulé sur les huit premiers mois de l'exercice budgétaire a atteint un nouveau record, à 992 milliards de dollars. De tels chiffres ont évidemment jeté un froid sur le marché, encourageant les investisseurs à vendre des dollars. La conséquence directe de cette annonce s'est faite sentir sur le marché des obligations d'Etat américaines qui a connu un point critique hier. Sous la pression du déficit public et de l'émission de dette à tout va par le Trésor, les obligations d'Etat américaines, habituellement considérées comme un placement sûr, sont perçues de plus en plus comme un investissement très risqué. Par ailleurs, il ne faut pas négliger aussi les conditions de marché. En effet, depuis plusieurs semaines, les investisseurs ont repris goût au risque, n'hésitant pas à investir sur des valeurs risquées, comme le rouble ou encore la livre sterling. Le dollar, considéré comme une valeur refuge, pâtit évidemment de ce mouvement.

Conséquence directe de cet affaiblissement du dollar sur le marché des changes, les pays émergents, Russie et Chine en tête, contestent de nouveau le statut de devise internationale du dollar. Ainsi, un haut responsable de la banque centrale russe a annoncé l'intention de Moscou de réduire la part de bons du Trésor américain dans les réserves internationales de la Russie au profit d'obligations du Fonds Monétaire International. La question du dollar devrait être de nouveau sur l'agenda des pays émergents lors de la réunion de la semaine prochaine en Russie.

Enfin, profitant des récentes données macroéconomiques et des conditions du marché, la livre sterling poursuit son rétablissement face à l'euro et au dollar. Ainsi, la devise britannique a battu deux records, atteignant un plus haut depuis le 2 décembre face à l'euro et depuis le 30 octobre dernier face au dollar.