dollar_9.gifEn début d'échanges européens, la prudence était encore de rigueur, l'euro cédant notamment le pas face au yen et au dollar. Lors de la séance d'hier, la monnaie unique européenne avait repris un peu de terrain sur le marché des changes à la faveur des résultats meilleurs que prévu des banques Goldman Sachs et JPMorgan Chase.

Cependant, des signes d'essoufflement se font sentir et les investisseurs du marché des changes ont de nouveau décidé de se replier sur les valeurs refuge. Deux phénomènes principaux expliquent de tels choix d'investissement. D'abord, les attentats qui ont frappé deux hôtels de luxe, tuant des occidentaux, en Indonésie ont rappelé à tous que la menace terroriste n'a pas disparu. Par ailleurs, les investisseurs du marché des devises ne cachent pas leur inquiétude au sujet des résultats des entreprises américaines, notamment Bank of America, Citigroup et dans une moindre mesure General Electric qui a mis en place une opération massive de refinancement. Ces différents groupes doivent publier leurs résultats trimestriels aujourd'hui, avec l'annonce des chiffres des permis de construire et des mises en chantier de logements au mois de juin.

Les investisseurs du marché des changes avaient déjà été échaudé par le refus des autorités américaines d'aider le groupe de services financier CIT, qui joue un rôle important dans le financement des PME outre atlantique. Ils se font désormais à l'idée d'une inévitable faillite du groupe.

En dépit des nombreuses incertitudes pesant sur la santé de l'économie mondiale, les analystes du marché des changes ont souligné que les devises jugées à risque et donc défavorisées cette semaine se sont néanmoins bien tenues sur le forex. Le dollar canadien a été la monnaie la plus performante du marché des changes cette semaine, sachant que les dollars australiens et néo-zélandais se sont aussi bien tenus.