couronne_norvgienne.jpgAlors que le marché des changes est toujours dans l'attente de la publication des résultats du troisième trimestre, la couronne norvégienne poursuit son renforcement face aux autres devises. A l'instar du dollar australien, la devise norvégienne profite de l'engouement des investisseurs. Le rebond des prix du baril de pétrole renforce l'optimisme et laisse présager une reprise rapide de l'activité économique dans le pays. Cependant, son voisin suédois est loin d'être logé à la même enseigne puisque les banques du pays restent très vulnérables à l'évolution de l'économie des pays baltes.

Le récent relèvement des taux en Australie laisse augurer un prochain relèvement monétaire de la banque centrale norvégienne, probablement dès sa réunion du 26 octobre. Ainsi, les deux pays envoient aux investisseurs un signal positif et rassurant alors que les cambistes continuent de se détourner du billet vert. Sous l'effet du rebond du cours des matières premières depuis plusieurs semaines, les perspectives économiques se sont nettement éclaircies en Norvège. Ainsi, la couronne norvégienne devient intéressante à trader face à des monnaies à faible rendement comme le dollar américain ou le yen.

A l'inverse, la Suède continue de s'enfoncer dans la crise. En raison des investissements importants des banques du pays dans les pays baltes et notamment en Lettonie, les analystes craignent un effondrement du système financier suédois. Certes, le Fonds Monétaire International est déjà intervenu, remplissant parfaitement son rôle de pompier afin d'éviter une dégringolade de la couronne suédoise. Toutefois, une telle intervention ne fut pas suffisante pour restaurer la confiance.  Les banques suédoises sont très exposées à la situation économique en Lettonie où les prix de l'immobilier ont chuté de 70%. Depuis le début de l'année, les autorités du petit pays balte s'efforcent d'éviter une dévaluation brutale de la devise nationale mais, en dépit de leurs efforts, un tel scénario semble se préciser de plus en plus, avec l'impact important que cela pourrait avoir sur la couronne norvégienne et, dans une moindre mesure, sur la monnaie unique européenne.

En début d'année, l'euro avait été en effet pénalisé pendant plusieurs semaines par des rumeurs persistantes de dévaluation de la monnaie lettone, une première pour un pays membre de l'Union Européenne.