wall-street_3.jpgHier soir, Wall Street mais aussi l'or et le pétrole ont terminé en très nette hausse. L'indice Dow Jones a fini à son plus haut niveau depuis près de 14 mois stimulé par la publication de bons chiffres américains. De son côté, le Nasdaq n'est pas en reste puisqu'il a fini en hausse de 0,3%.

Les prix du pétrole ont également connu un net rebond à New York du fait de la faiblesse du billet vert et de signes encourageants concernant l'évolution de la demande outre-Atlantique. Ainsi, le baril a fini la séance d'hier à 77,96 dollars, en hausse de 1,94 dollar.

De son côté, l'or a également profité d'un dollar faible sur le marché des changes pour atteindre un nouveau record historique. En effet, l'or a franchi pour la première fois de son histoire le seuil de 1190 dollars l'once. L'once a été notamment stimulée par l'annonce d'une vente d'or au Sri Lanka par le FMI. L'organisation internationale prévoit de vendre sur les années à venir plus de 403,3 tonnes de son stock d'or afin de renforcer ses finances qui ont été mises à mal par la crise. Avant le Sri Lanka ce furent l'Inde et l'île Maurice qui avaient décidé de renforcer leurs réserves d'or. La banque centrale indienne avait notamment effectué un achat de près de 200 tonnes d'or pour un montant évalué à 6,7 milliards de dollars par les observateurs.

A l'ouverture des marché ce matin, le dollar continuait de s'affaiblir face aux principales devises. Il a atteint un plus bas niveau depuis près de 14 ans face au yen, passant sous la barre des 87 yens pour un dollar et évoluant toujours à son plus bas niveau depuis 15 mois face à la monnaie unique européenne. La publication des minutes de la dernière réunion de la Fed continue en effet de peser sur le cours de la devise américaine.

Toutefois, en milieu d'échanges européens, alors que les échanges étaient peu nombreux du fait de la fête de Thanksgiving, la paire EUR/USD a connu un léger ajustement du fait des inquiétudes grandissantes concernant l'incapacité de l'émirat de Dubaï à honorer sa dette. En temps normal, une telle nouvelle aurait peu peser sur le taux de change de la monnaie unique européenne mais, du fait d'échanges en demi-teinte, celle-ci a eu un net impact aujourd'hui sur l'euro.