arbre_de_noel.jpgNous commençons cette semaine de Noël tranquillement et avec peu de surprises ou de nouvelles. En Europe, ce calme se poursuivra toute la semaine. La seule exception notable viendra d'Angleterre, d'où l'on attend des nouvelles qui devraient confirmer l'approche de la fin de la récession. En effet, les chiffres attendus sont ceux du PIB final pour le troisième trimestre de l'année. Les chiffres devraient être révisés à la hausse, avec une baisse très légère de 0.1%. Si c'est véritablement le cas, on assistera au sixième trimestre consécutif de récession, soit la pire depuis 1955. Le quatrième trimestre semble montrer qu'on sort de la récession. Les licenciements sont en baisse, le marché immobilier se stabilise et les mesures d'assouplissement monétaires ont apparemment aidé la situation, à moins que ce soit simplement le cycle économique qui redémarre.


Aux Etats-Unis, la semaine sera un peu plus remplie, mais on n'attend pas non plus de grandes surprises.

Alors que, comme d'habitude, la liquidité baisse en cette période de fin d'année, la volatilité risque de monter, ce d'autant plus que Dubai World devrait approcher 90 créditeurs pour demander une restructuration de sa dette. Dans la mesure où de nombreux créditeurs sont européens, en particulier du Royaume Uni, on peut s'attendre à ce que certains d'entre eux pâtissent de la situation, ce qui pourrait porter atteinte à leur valeur boursière, et peut-être même entraîner les marchés. D'un autre côté, le marché ne sera pas trop surpris par ces news alors tout est possible Les deux prochaines semaines nous le diront.

Sur le marché des devises, le dollar est tombé quelque peu face au Yen et à l'Euro sur les marchés asiatiques cette nuit, alors que les acteurs institutionnels aient profité de la situation pour prendre des profits.

Les exportateurs japonais vendant des dollars pour leurs balances des comptes ont également pesé sur le cours de la journée. La paire USD/JPY se situait vendredi soir à New-York autour des 90.37, alors que ce matin, il se traite autour du niveau de 90.42. L'objectif pour la fin de la semaine est le niveau de 92.

La paire EUR/USD se traite ce matin à 1.4321, en légère baisse. L'Euro n'est plus très loin de casser la tendance haussière de moyen terme, ce qui n'est pour l'instant pas encore le cas. On voit encore cette baisse comme une correction dans une tendance de long terme à la hausse, ce qui crée une opportunité d'achat. A court terme, néanmoins, la tendance est la baisse, et l'objectif pour la fin de la semaine est le niveau de 1.4250.

L'indice dollar, qui suit l'USD face à un panier de six devises, était ce matin au niveau de 77.694, en baisse par rapport à son niveau de vendredi, qui était de 77.758.

La paire EUR/JPY se traite aux environ de 129.58, quasiment inchangée depuis vendredi. Le GBP est tombé face à l'USD mais s'est renforcé face à l'EUR alors que le niveau d'approbation de prêts hypothécaires de la Banque d'Angleterre est arrivé à son plus haut niveau depuis un an pour le mois de novembre. Le nombre de prêts est passé de 60'000 à 63'000. Enfin, le gouvernement anglais a eu un déficit en novembre de 20.3 milliards de GBP, mieux que les 23 milliards prévus par le marché. 

Sur le front de l'AUD, on n'a pas enregistré de changements significatifs, en dépit de l'opinion largement partagée selon laquelle la devise était survendue et devrait rebondir bientôt. 

Sur les marchés, les opérateurs s'attendent à voir la poursuite de la hausse de l'USD si les bonnes nouvelles économiques se poursuivent. Surtout, si les ventes de maisons existantes s'améliorent, on pourrait assister à une hausse des taux plus vite que prévu. Le chiffre est prévu mardi. On attend aussi jeudi prochain le chiffre des biens durables de consommation.

N'oubliez pas vos stops!