euro_piece_de_monnaie.jpgL’Euro est monté face au Yen pendant les heures de trading sur les marchés asiatiques parce que les investisseurs institutionnels japonais ont profité du niveau très bas de la monnaie unique européenne pour faire leurs achats.

A Tokyo, beaucoup d’investisseurs ayant été short EUR ont en profité pour prendre leurs profits et fermer leurs positions. Tout cela a aidé l’Euro à monter de 122.21 à 122.42, ce qui reste très limité.

La Chancelière allemande Angela Merkel a dit lundi dernier que des réunions ne produiront aucune décision sur de l’aide financière pour la Grèce et qu’il serait mieux de laisser le FMI s’occuper de la nation hellène, mettant a priori fin aux spéculations d’une aide européenne à la Grèce.

Les marchés restent toutefois sceptiques sur une aide de ce type. Précisions tout de même que le FMI n’a pas de fonds propres et que son argent vient des pays membres, c’est-à-dire de leurs contribuables. Il faudra donc pouvoir les convaincre qu’un plan d’aide à la Grèce sera accompagné d’un renouveau de responsabilité du gouvernement d’Athènes, ce qui n’est pas gagné.

De son côté, le Dollar était en légère baisse face au Yen, passant de 90.15 à 90.25, sans changements significatifs. L’indice ICE Dollar, qui traque l’évolution du billet vert face au panier de monnaies étrangères, était lui aussi sans changements importants, passant de 80.604 à 80.605.

L’Euro est d’abord tombé hier à son plus faible niveau face à l’USD depuis trois semaines et son plus bas niveau face au Yen depuis deux semaines, suite aux déclarations publiques des dirigeants européens. Les investisseurs ont peur que les problèmes grecs se transmettent aux autres pays de l’Euroland avec d’importants déficits, et il y en a de plus en plus, ce qui pourrait mettre en péril la reprise de l’économie, toujours fragile.

De son côté, le GBP s’est traité en forte hausse avant la publication des chiffres de l’inflation, prévue pour aujourd’hui, ce d’autant plus que les investisseurs ont profité de sa récente chute pour en acheter à bon prix.

L’influence de la hausse des prix des matières premières s’est quant à elle fait sentir sur l’AUD, qui s’est renforcé cette nuit face aux principales paires, dans un environnement de peu d’échanges. La Banque centrale australienne, la RBA, devrait continuer à montrer un optimisme important concernant l’économie australienne, et donc peut-être envisager rapidement la hausse du taux d’intérêt, ce qui continuerait bien sûr à soutenir l’AUD.

En regardant vers les prochains jours, l’EUR semble tenir le coup mais son avenir reste intimement lié à la résolution de la crise grecque, dont les problèmes fiscaux devront être traités franchement, tôt ou tard.

Sur le front de la paire EUR/USD, on s’attend à un trading qui devrait donc rester temporairement autour de la région des 1.3500 à 1.3530, étant entendu qu’un nouvel événement concernant la Grèce pourrait le pousser violemment dans ue direction ou dans l’autre.

N'oubliez pas vos stops!