euro-contre-le-dollar.jpgLe thème central de la session de hier sur les marchés a été la force de l’USD et la faiblesse de l’EUR.

La baisse de la monnaie unique européenne a commencé avec la cassure à la baisse de la résistance clé de 1.3440 tard sur la session de trading asiatique. Cette baisse s’est ensuite poursuivie avec l’annonce de Fitch sur la baisse de la note de crédit du Portugal au niveau de AA-, avec une perspective négative. La paire est même passée sous le niveau de 1.33 et le cap des 1.30 semble plus que jamais être à portée de main. 

La faiblesse de l’Euro a coïncidé avec une émission obligataire américaine de 42 milliards d’USD avec une maturité de 5 ans qui a connu la demande la plus faible depuis le mois de juillet dernier.

Le résultat a bien entendu été une hausse du rendement sur les obligations avec les obligations à maturité de 10 ans atteignant leur plus haut niveau en deux mois et celle à maturité de 2 ans passant le rendement de 1.0%, ce qui a aidé l’indice USD à atteindre son plus haut niveau depuis 10 mois.

Enfin, la déclaration du ministre des finances japonais Kan selon laquelle il est impossible d’être optimiste sur l’économie japonaise a été le facteur final qui a déclenché le feu de la paire USD/JPY, qui a brisé facilement l’indicateur de mouvement moyen des 200 jours, un facteur technique central, montant à son plus haut niveau depuis 2 mois et demi.

En Angleterre, malgré toute la discussion publique autour du dévoilement du budget du gouvernement, celui-ci a finalement été un non-événement relatif. Le GBP a baissé suite à la hausse de l’USD et aux nouveaux pronostics prévoyant une croissance anglaise moins forte que prévu. Précisons tout de même que le GBP a été l’une des monnaies qui ont le mieux résisté face au retour du dollar, tout en gardant à l’esprit qu’au vu de son cours très bas, toute nouvelle baisse du GBP est vue comme une opportunité d’achat par les opérateurs du marché.

Le plan du gouvernement de couper en deux le déficit jusqu’en 2014 n’a pas été bien accepté par les marchés, qui l’estiment être beaucoup trop optimiste.

Sans surprises, la banque centrale norvégienne a laissé son taux directeur sans changement au niveau de 1.75% avec un communiqué très conciliant, sans aucune allusion sur une hausse du taux dans l’avenir proche. Le résultat a été immédiat et le NOK a pris un coup fort et sec.

Sur le marché des changes, l’AUD continue son one-man show en se maintenant, malgré toutes hausses précédentes, et prenant ensuite 30 pips. Il faut dire que la devise australienne a reçu un soutien de la banque centrale, suite aux déclarations de Lowe selon lesquelles le taux d’intérêt devrait continuer à monter au cours des prochains mois, sans lien avec l’incertitude internationale autour de la hausse des taux.

Il faut ici souligner l’attitude responsable de la banque centrale australienne, ainsi, dans une moindre mesure, celle du gouvernement australien, et les résultats sont d’ailleurs au rendez-vous : l’Australie n’a pas connu de récession et sa situation macro-économique est largement meilleure que celle des autres pays industrialisées. C’est l’exemple même qu’en fin de compte, la responsabilité finit toujours par payer.

N'oubliez pas vos stops!