euro_toil.jpgLa monnaie unique européenne continue de remonter après sa chute vertigineuse de la semaine dernière face au dollar et au yen en dépit de la publication d’indicateurs économiques peu rassurants pour la zone euro. Toutefois, les investisseurs semblent, en ce milieu de journée, se satisfaire du plan de secours de la Grèce, oubliant ainsi les autres déboires de l’euroland.

En effet, selon Markit, les ventes de détail ont opéré un recul au mois de mars dans la zone euro. Le recul enregistré au premier trimestre 2010 a été le pire depuis le premier trimestre 2009. En Allemagne, première économie de la zone euro, l’indice PMI a baissé pour le 22ème mois consécutif. Il est à noter toutefois que le rythme de contraction s’est nettement calmé depuis l’été dernier, ce qui est un signe positif en soi. De plus, la baisse enregistrée en Allemagne est moins importante qu’en France ou qu’en Italie selon l’institut.

Par ailleurs, les projecteurs se tournent de nouveau vers la péninsule ibérique aujourd’hui puisque la Banque d’Espagne a annoncé un probable recul du PIB espagnol de 0,4% en 2010 contre 0,3% prévu par le gouvernement. La croissance ne devrait reprendre qu’à l’horizon 2011 mais à un rythme très faible, estimé à 0,8% contre 1,8% par le gouvernement. La plupart des analystes estime que les prévisions de la banque centrale sont plus fiables que celles du gouvernement Zapatero.
 
En dépit de ces mauvais indicateurs, l’euro se maintient aujourd’hui. La monnaie unique européenne connait un rééquilibrage technique après sa chute de la semaine dernière et profite surtout du contexte international marqué par une forte poussée de l’appétit pour le risque depuis quelques jours. La hausse de l’euro pourrait continuer dans les jours qui viennent puisque de bons indicateurs économiques sont attendus du côté américain, notamment en ce qui concerne le chômage.

Enfin, le gouvernement irlandais doit dévoiler dans la journée un plan de sauvetage visant à recapitaliser les banques du pays, entraînant une nationalisation partielle ou complète de certaines d’entre elles. D’après la presse nationale, plusieurs milliards d’euros devraient être affectés à ce plan.