fed-bloom.jpgLe président de la Réserve Fédérale de Richmond, Jeffrey Lacker, a fourni hier du grain à moudre aux investisseurs du marché des changes. En effet, alors que la position officielle du comité de politique monétaire de la banque centrale américaine est à un maintien sur le long terme de taux exceptionnellement bas, Jeffrey Lacker a affirmé dans un communiqué que la Fed pourrait revoir plus tôt que prévu cette assomption.

Comme il l’a indiqué dans le communiqué de presse, «il y a quelques mois, je me suis déclaré en phase avec la phraséologie concernant la période prolongée de maintien des taux à un niveaux bas mais les derniers chiffres m’ont fait penser que ce discours pourrait évoluer plus vite que prévu ».

En dépit de cette nouvelle piste donnée aux cambistes, l’engouement pour le dollar sur le marché des changes n’a pas soudainement été renforcé. En effet, il convient d’être prudent quant à ces propos car Jeffrey Lacker est considéré dans les milieux économiques comme l’un des banquiers centraux les plus anti-inflation. De plus, bien qu’il soit favorable à un changement de politique monétaire sur le moyen terme, il n’a aucune chance d’influer sur le comité de politique monétaire de la Fed puisqu’il ne fait pas partie des membres votants cette année.

Les bons chiffres du marché de l’emploi publiés en mars et la stabilisation du marché immobilier sont des gages d’amélioration de la santé économique des Etats-Unis. Toutefois, la Fed n’est pas pressée pour le moment de relever ses taux et elle semble plutôt attendre de nouveaux signes positifs. Selon les économistes, l’institution américaine devrait certainement relever ses taux d’ici à la fin de l’année, peut-être à la même période que la BCE.