banque_centrale_europ_4845b.jpgSans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé son taux directeur inchangé. Le traditionnel discours de son président Jean-Claude Trichet suite à la réunion s’est concentré sur la situation de l’inflation dans la zone euro, mais n’a pas apporté de nouvel élément susceptible de freiner la chute de la monnaie unique.

Poussé par la crise grecque, le vice-président de la banque centrale polonaise a annoncé que son pays allait retarder l’entrée de son pays dans l’euro. Selon les analystes, il est peu probable que la Pologne abandonne son zloty avant 2012 au plus tôt.

Après plusieurs jours de présence soutenue, la Banque nationale suisse a cessé de soutenir l’EUR/CHF hier après-midi, provoquant une chute brutale de l’euro. La parité a touché son plus bas niveau historique.

Aux Etats-Unis, les nouvelles demandes d’allocations chômage ont diminué durant la première semaine de mai à 444'000, très proche du chiffre de 440’000 attendu par les analystes, contre 451’000 la semaine précédente.

Aux Etats-Unis toujours, la productivité non agricole s’est avérée supérieure aux attentes, en hausse de 3.6% au premier trimestre de cette année, contre un chiffre attendu de 2.5%. Pour le dernier trimestre 2009, ce chiffre a été revu avec une hausse de 6.3%.

Les commandes industrielles allemandes enregistrent une performance exceptionnelle, en hausse de 5% par rapport au mois précédent, alors que la majorité des analystes tablaient sur un rebond de l’ordre de 2.1% seulement.