goldman.jpgLa célèbre banque de Wall Street est peut-être pointée du doigt dans une enquête de la SEC, il n’en demeure pas moins qu’elle est toujours très profitable pour ses actionnaires. En effet, selon un document du gendarme américain des marchés, Goldman Sachs aurait accumulé grâce aux opérations de trading au moins 25 millions de dollars sur les 63 premiers jours de l’année et aurait même, à cette occasion, réalisé à plus de 35 reprises des profits de 100 millions de dollars.

Goldman Sachs n’est évidemment pas la seule banque citée par le document, mais c’est évidemment celle qui attire le plus les projecteurs de la presse. De son côté, la banque JP Morgan Chase réussit un beau challenge également en gagnant en moyenne via les opérations de transactions financières plus de 5 millions de dollars par heure.


Ces résultats ont de quoi surprendre car ils ont eu lieu à une période de l’année qui fut marquée par une très forte volatilité sur les marchés, en raison du contexte international et surtout des déboires de la Grèce. Interrogée sur ses résultats, la direction de Goldman Sachs les attribue tout simplement à «un management de risque robuste ».

Grâce à ces opérations sur les marchés, les banques américaines ont pu réaliser au premier trimestre de cette année d’excellents résultats. Ainsi, Goldman Sachs a annoncé un bénéfice double au premier trimestre de près de 3,3 milliards de dollars. Au total, les plus grosses banques d’investissement, au nombre de 14, ont annoncé des revenus cumulés de 78,8 milliards de dollars sur le premier trimestre.

De tels chiffres montrent ainsi la vitalité du secteur bancaire américain, notamment dans ses stratégies de trading, mais constituent aussi un argument important pour les partisans d’une taxe sur les banques qui semble, à vrai dire, aberrante en l’état des discussions actuelles.