yen_dollar.jpgLa tendance haussière du JPY et de l’USD s’est étendue en cette fin de semaine alors que l’EUR et les devises dites « à risques » continuaient leur baisse. La paire EUR/USD est passée à quelques centimètres de son niveau le plus bas de 2008, 1.2330. La semaine prochaine pourrait bien voir une nouvelle cassure à la baisse de ce niveau, et le retour au niveau de départ entre le dollar et l’Euro, 1.18, n’est plus très loin.


De son côté, le JPY est monté encore plus fort que l’USD, mais il semble que la baisse sur la paire USD/JPY ait aussi été engendrée par la crise de la dette souveraine, bien que la réaction ait été moins forte que lors d’autres événements semblables ces dernières semaines, ce qui pourrait clairement signifier le début du changement du paradigme de base de la paire, en tout cas vis-à-vis de la question de la dette souveraine.

Les devises liées aux matières premières ont été pilonnées ce vendredi, avec en particulier une paire AUD/USD en nette baisse après s’être tournée autour de la moyenne mouvante de 200 jours. Il semble qu’il s’agisse d’un signal baissier clair sur la paire AUD/USD, avec la prochaine confirmation au-dessous du niveau de 0.8700, à moins bien entendu que le signal soit infirmé à court terme.

De son côté, le rallye NZD/USD semble aussi être arrivé à son terme, avec la formation technique d’un top clairement visible sur le graphique. Cela semble indiquer la formation d’un marché baissier pour passer sous le niveau de 0.7000, qui provoquerait probablement un nouveau mouvement baissier.

Sur la paire EUR/GBP, les niveaux les plus hauts de la journée n’ont pas tenu et le retour en-dessous du niveau de 0.8500 suggère que l’on pourrait passer vers le bas du range, aux alentours de 0.8430 au cours de la semaine à venir.

Le niveau en-dessous des 1.2330 qui propose une résistance un peu sérieuse est le plus bas de 2005, 1.1640. A ce rythme de baisse, ce niveau sera atteint dans une semaine, mais la question est bien sûr de savoir si on peut continuer de baisser à une telle vitesse, ce qui semble tout de même incroyable.

La mesure de la volatilité du marché des options semble suggérer que le momentum baissier perd de sa force, mais il reste trop tôt pour dire si et quand on a atteint le point le plus bas.

La fin de la semaine a été terrible, avec des marchés européens en total écroulement, dans l’environnement de la crise de la dette européenne. Il faut toutefois dire que les marchés actions internationaux sont montés quasiment sans arrêt et très fortement pendant plus d’une année et dans cette perspective, une correction semble tout de même normale.

On a tout de même de grosses incertitudes qui pointent à l’horizon : l’économie chinoise surchauffe et le gouvernement en fait trop en essayant de la calmer, le populisme politique anti-banques va clairement causer des dommages aux secteurs bancaires et financiers, et, partant à l’économie dans son entier, ce qui se traduira par des niveaux de croissance anémiques pour les prochaines années, avant que l’on soit de nouveau obligé de libéraliser, la montagne de dettes va obliger la planète les gouvernements à se serrer la ceinture devant la (prévisible) faillite de l’approche keynésienne, sans même bien sûr parler des menaces à la paix internationale représentées par l’Iran. Bref, ça va swinger.

Dans cet environnement, nous conseillons à tout le monde d’être extrêmement prudent et de ne pas sous-estimer la possibilité d’un remake de la crise de 2008, même en version plus limitée.

N’oubliez donc pas vos stops !!!