deficit.jpgLes tensions liées aux dettes souveraines de certains pays de la zone euro, ainsi qu’un souci croissant sur l’évolution de la croissance en Europe, ont poussé l’euro dans ses retranchements vendredi après-midi. La monnaie unique a touché 1.2234 ce lundi matin, son plus bas niveau depuis octobre 2008.

Vendredi, le baril de pétrole a atteint son plus bas niveau depuis 3 mois à 70.83 dollars, principalement affecté par les turbulences qui secouent la zone euro.

L’or a par contre atteint son plus haut niveau, avec un prix record de 1248.95 dollars l’once en fin de semaine. Cette hausse reflète la crainte des investisseurs devant une explosion de l'inflation.

Aux Etats-Unis, la production industrielle a dépassé les attentes des analystes à +0.8% en avril contre 0.6% escompté par les économistes, après une hausse de 0.2% en mars.

Aux Etats-Unis toujours, les ventes de détail pour le mois d’avril enregistrent également une hausse supérieure aux attentes à 0.4%, alors que le consensus tablait sur un chiffre de 0.2%. En mars, la progression avait été de 2.1%, en chiffre révisé.

Encore aux Etats-Unis, la croissance de la demande influe sur les stocks des entreprises, qui atteignent leur plus haut niveau depuis 8 mois, en hausse de 0.4% en mars, contre une hausse de 0.5% en février.

Selon l’indice de confiance de l’Université du Michigan, le moral des ménages américains s’est légèrement amélioré en première estimation du mois de mai à 73.3, un peu moins bon que le chiffre attendu de 73.5, contre 72.2 en avril.