newsletter_big.jpgLa semaine dernière s’était finie sur une note plutôt négative pour l’euro avec une dégradation par l’agence de notation financière Fitch de la note souveraine de l’Espagne. Cette semaine ne se termine pas mieux sur le marché des changes avec deux évènements majeurs : la publication de chiffres concernant l’emploi américain au mois de mai plutôt décevants et surtout les rumeurs de faillite de l’Etat hongrois qui ont conduit à une dégringolade du forint.

Les dernières semaines qui se sont écoulées sur le marché des changes reflètent un état général d’anxiété qui est présent sur tous les marchés financiers, des matières premières, aux obligations d’Etat en passant par les actions ou les futures.

Les investisseurs craignent pour leurs avoirs, c’est pourquoi ils se replient sur les valeurs refuge. Le dollar américain, le franc suisse et le yen sont incontestablement les grands gagnants de ce mouvement. Le yen a à peine frétillé suite à la démission retentissante du Premier ministre nippon, ce qui reflète la déconnection importante entre les évènements politiques et économiques dans l’archipel et le taux de change de la monnaie nationale.

Cependant, les principaux évènements de la semaine ne se sont pas déroulés en Europe ou au Japon. En effet, ce sont les devises à haut rendement, c’est-à-dire essentiellement les dollars des antipodes, qui ont bénéficié d’un regain d’intérêt des investisseurs. En effet, ces devises ont clairement suivi pendant la semaine une tendance bullish poussée par les bons résultats de l’économie américaine et la publication de bons chiffres du côté de l’Australie. La balance commerciale a affiché un excédent très important en Australie grâce à la demande chinoise qui reste toujours très soutenue en cette période de reprise de l’activité économique. De plus, le dollar canadien a profité d’un attrait des investisseurs suite à la décision attendue de la banque centrale de relever son principal taux d’intérêt. A l’inverse, la banque centrale australienne privilégie le statu quo après plusieurs hausses de taux depuis l’automne dernier. Les investisseurs peuvent toujours profiter du différentiel de taux entre les devises afin de gagner un peu d’argent.

Pour autant, la prudence reste clairement de mise et il ne faut pas s’attendre à un regain d’appétit pour le risque en raison des nombreuses inconnues qui pèsent sur la croissance mondiale. Cependant, les traders ne doivent hésiter à profiter des rebonds techniques des devises. Après s’être inscrit en-dessous de1,21 dollar vendredi, il est probable que l’EUR/USD soit l’objet d’un rebond technique de courte durée lors de la semaine prochaine.