franc_suisse.jpgL'impact de la crise des subprimes sur l'économie américaine n'aura pas fini de faire des vagues. Selon le New York Times, Merrill Lynch devrait encourir 15 milliards de dollars de pertes liées à des investissements hypothécaires.
De plus, les rumeurs de récession concernant les Etats-Unis mais aussi le Japon, dont les exportations dépendent étroitement de la vitalité de l'économie américaine, et le Royaume-Uni se font de plus en plus insistantes.
Enfin, la croissance des pays de la zone euro demeure toujours l'objet d'inquiétudes en dépit de l'optimisme de la BCE.


Par conséquent, les valeurs refuges, telles que le yen, le franc suisse ou encore l'once d'or, ont enregistré une croissance notable de leur cours dans le sillage d'une baisse des marchés d'actions mondiaux.
Ainsi, les investisseurs montrent une certaine réticence à détenir des carry trades à risques, c'est-à-dire destinés à acheter des devises à forte rémunération en empruntant dans des devises à faibles taux d'intérêt comme le yen ou le franc suisse.
La réunion des 29 et 30 janvier prochain de la Fed, en cas de probable baisse des taux, devrait peut-être inverser les stratégies de carry trade en privilégiant l'euro contre le dollar.