1_euro.jpg-    L’indice ISM non manufacturier des Etats-Unis a baissé plus que prévu

-    Les marchés boursiers américains progressent lentement tandis que les rendements du Trésor et le dollar déclinent

-    Session asiatique aujourd’hui assez partagée, la plupart des places financières étant dans le rouge


L’indice majeur de la journée de trading d’hier fut la publication de l’indice ISM non manufacturier aux Etats-Unis qui est passé de 55,4 à 53,8 en mai. Cette annonce a pris de court les marchés qui s’attendaient à une baisse moins importante. La baisse de cet indice constitue une nouvelle preuve du ralentissement de la reprise économique américaine, ce qui a eu un impact assez net sur les places financières mondiales. La session asiatique d’aujourd’hui a d’ailleurs continué de souffrir de cette annonce puisque la plupart des bourses de la région ont clôturé en territoire négatif. A l’heure où nous parlons, les bourses européennes ouvrent aussi en baisse après avoir bénéficié hier d’un rebond technique.

La monnaie unique européenne a profité hier des déboires de l’euro pour confirmer son retour sur le devant de la scène. Ainsi, sur la séance d’hier, la paire EUR/USD a gagné près de 90 pips, permettant à l’euro de s’inscrire en fin de séance européenne au-dessus de 1,26 dollar. Les craintes des  cambistes au sujet de la croissance économique en Chine et aux Etats-Unis ont relégué au second plan depuis plusieurs jours les déboires de la zone euro. Cependant, il convient d’être prudent et la publication des résultats des tests de résistance des banques de la zone euro le 21 juillet prochain pourrait inverser la tendance.

Dans ce contexte d’incertitude, le franc suisse a poursuivi son rallye haussier sur le marché des changes en dépit des mauvais chiffres de la consommation en Suisse. La devise helvétique continue de capitaliser sur son statut de valeur refuge en ces temps de crise et continue sa remontée alors que la BNS a laissé le champ libre aux investisseurs et aux spéculateurs.

Aujourd’hui, peu d’indicateurs macroéconomiques sont attendus. Dans les pays nordiques, la production manufacturière norvégienne pour le mois de mai est attendue tandis que les investisseurs surveilleront avec beaucoup d’attention la publication à 11H, heure de Paris, du chiffre de la consommation des ménages dans la zone euro. Les experts s’attendent à une légère baisse de 0,1%.



Rejoignez la communauté forex.fr sur Facebook et Twitter en un clic!