marchs_financiers.jpgAprès une journée plutôt calme hier sur le marché des changes, plusieurs indicateurs macroéconomiques ont provoqué une forte agitation depuis ce matin, reléguant au second plan la publication des résultats des entreprises américaines.

Alors que les marchés avaient les yeux tournés vers le Japon suite à l'avertissement de Fitch, l'agence de notation financière Moody's a pris de court les investisseurs en abaissant de deux crans la note souveraine du Portugal, estimant que les perspectives de croissance sont faibles et que la situation financière continue de se détériorer. Concernant la dette, l'agence de notation a estimé par ailleurs que les paramètres de la dette devraient se détériorer pendant les deux années à venir au moins, sachant que la dette atteint presque 90% du PIB du Portugal.


Dans un premier temps, les marchés actions européens n'ont pas réagi à cette annonce ce qui ne fut pas le cas du marché des changes puisque la monnaie unique européenne a chuté à un plus bas niveau depuis une semaine, à 1,2533 vers 9h25, heure de Paris. Cependant, bien que l'euro ait atteint un plus bas d'une semaine, la monnaie unique européenne reste encore loin de son niveau du 7 juin dernier. Cela montre que les investisseurs font de moins en moins attention aux déboires de la dette, considérant probablement que presque tous les pays occidentaux sont désormais confrontés à ce problème.

En tout cas, l'annonce de Moody's ne devrait pas plaire à Jean Claude Trichet qui, dans un entretien accordé hier au journal Libération, a estimé que les agences de notation financière ont joué un rôle d'accélérateur de la crise. Dans cette interview, il a notamment réactivé le projet européen de création d'une agence de notation financière placée sous l'égide de la BCE (Pour en savoir plus, cliquer ici
).

Peu après cette annonce, l'euro a essuyé un nouveau coup de boutoir avec la publication de l'indice ZEW allemand qui s'est affiché, contrairement aux attentes, en baisse par rapport au mois de juin. Pour autant, la monnaie unique européenne affiche une bonne résistance jusqu'à présent.

Enfin, la livre sterling, après les chiffres plutôt réconfortants de l'inflation au Royaume-Uni, s'est reprise face aux principales devises, évoluant en milieu de matinée à 83,23 pence pour un euro et à 1,5072 dollar.




Rejoignez la communauté forex.fr sur Facebook et Twitter en un clic!