aide_au_dveloppement.jpgUn rapport rédigé par neuf experts internationaux préconise une taxe sur le marché des changes qui pourrait dégager près de 30 milliards de dollars par an en faveur de l'aide au développement.

Cette taxe, qui est notamment soutenue par Bernard Kouchner, permettrait de pallier la baisse depuis plusieurs années de l'aide publique au développement dans les pays développés. Cette baisse fut précipitée depuis 2008 par la crise financière et économique.


Le principe de la taxe est assez simple : il s'agit de taxer à hauteur de 0,005% les transactions entre les banques sur les opérations entre les monnaies. Les particuliers ne sont donc pas concernés. Depuis plusieurs années, des projets de taxation du marché des changes sont à l'étude mais ils ont trouvé une nouvelle vigueur depuis quelques temps.

Les fonds ainsi prélevés doivent être affectés à des programmes de financements innovants pour les pays en voie de développement.

Cette idée est soutenue massivement par les organisations internationales et les ONG, surtout la puissante plateforme Oxfam. D'après de nombreuses sources, le rapport devrait être étudié en septembre prochain au siège de l'ONU à l'occasion d'un sommet chargé d'évaluer l'avancement des objectifs du Millénaire pour le développement. D'avance, il est aisé d'affirmer que les objectifs fixés en l'an 2000 sont loin d'avoir été atteints.

Cette taxe n'est pas particulièrement soutenue par la rédaction de forex.fr pour deux raisons principales.

1/ Tout taxer n'est pas une solution, tout comme de faire porter le fardeau systématiquement aux banques. La taxe sur les banques prévues par de nombreux pays peut sembler légitime mais cette nouvelle taxe, aussi infime soit-elle, semble inappropriée.

2/ Il n'est pas sûr et certain que tous les fonds récoltés par cette taxe soient affectés à l'aide publique au développement. Quand bien même, de nombreuses critiques peuvent être émises concernant cette aide, sans pour autant être altermondialiste. En effet, elle ne permet généralement pas aux pays en développement de décoller économiquement, ce qui est pourtant le seul moyen pour eux de fuir la pauvreté. Dans de très nombreux cas, l'aide au développement, comme c'est le cas de l'aide fournie par la Chine, a seulement pour conséquence de féodaliser des Etats qui sont presque inopérants.



Rejoignez la communauté forex.fr sur Facebook et Twitter !