bank-of-englandSelon les minutes de la réunion du 5 août de la BoE, seul Andrew Sentance, membre du comité de politique monétaire, était favorable à une hausse des taux d'intérêt. Les huit autres membres étaient favorables à un maintien de la politique monétaire inchangé.

L'agence de notation financière Moody's a également menacé la France, les Etats-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni d'une dégradation de leur note souveraine en raison de leurs problèmes budgétaires. Ces quatre pays pourraient perdre leur note maximale «AAA », ce qui devrait raviver les discussions au sujet de la création d'une agence de notation financière européenne (lire l'article).

Toujours en Europe, le ministre hongrois de l'économie a affirmé que neuf Etats européens se sont joints à la Pologne afin de proposer une modification du calcul du budget et des déficits. Varsovie souhaite en effet que le calcul prenne désormais en compte le coût des réformes des régimes de retraite. Parmi les pays qui soutiennent cette initiative, la majorité appartient à l'Europe Centrale et Orientale.

Enfin, à l'approche des élections, le président vénézuélien Hugo Chavez cloisonne encore un peu plus le pays en décidant d'interdire aux entreprises de courtage privées d'investir sur le bolivar vénézuélien ou dans la dette publique libellée en dollars. Désormais, les courtiers devront simplement se limiter aux actions des entreprises nationales et aux obligations émises par le secteur privé. De manière détournée, comme d'habitude, la bête noire des Etats-Unis cherche à faire disparaître les courtiers privés dans un pays où les introductions en bourse sont rarissimes et où les banques n'ont presque pas d'activités d'investissement. Chavez a également fermement pris le contrôle des médias au cours des derniers mois afin de mieux contrôler son image et l'opposition.