parlement-europeen-bruxellesPeu d'indicateurs économiques hier.

Au Japon, le CI (Coincident Composite Index), qui reflète les conditions actuelles du monde des affaires a augmenté de 0.5 point à 101.8 en juillet, marquant le deuxième mois de hausse consécutive.

Dans un discours prononcé devant le Parlement Européen à Strasbourg, Jose Manuel Barroso a affirmé hier que l'UE est sur la bonne voie et que la croissance économique sera plus forte que prévu cette année. Il a également appelé les gouvernements de l'UE à accélérer les réformes structurelles dans les douze mois à venir.

Suite au séisme de magnitude 7.1 qui a eu lieu en Nouvelle-Zélande et qui a causé des dégâts très importants, les analystes ne s'attendent pas à ce que la banque centrale néo-zélandaise décide de remonter ses taux lors de sa prochaine réunion le 16 septembre prochain. Au contraire, les analystes s'attendent à ce que les taux soient maintenus à leur niveau actuel jusqu'à la fin de l'année, les dégâts causés par le tremblement de terre s'ajoutant aux incertitudes économiques.

Enfin, alors que la question de la dette des Etats européens s'est invitée au sommet de l'Eurogroupe, le Wall Street Journal a émis de sérieux doutes hier sur les résultats des tests de résistance menés dans l'UE et rendus publics fin juillet. Les déclarations du quotidien new-yorkais ne font en fait que reprendre des critiques qui ont déjà été émises depuis un mois et demi.

De nombreuses banques auraient en effet tout fait pour que certains risques encourus soient sous-estimés. Parmi les banques visées la française Crédit Agricole et la britannique Barclays. Le quotidien affirme qu'un écart important a été constaté entre les comptes trimestriels et les données présentées dans le cadre des tests de résistance. Ces banques auraient par exemple exclu certaines obligations afin de passer les tests de résistance. Les banques ont immédiatement répondu à ces attaques, affirmant qu'elles ont respecté scrupuleusement les lignes directrices fournies par le CEBS. Dès la publication des stress tests, la rédaction de forex.fr s'était également montrée très critique (lire l'article).