china-yuan100monaieLa session d’hier fut marquée surtout par de nouvelles diatribes contre la politique monétaire de la Chine et par des émissions obligataires aux résultats plutôt mitigés en Europe.

Alors que le yuan a enregistré sa neuvième séance consécutive de hausse hier face au billet vert, les responsables américains sont de plus en plus nombreux à s’élever contre la politique monétaire chinoise. Le dernier en date fut le président Obama qui a émis de vives critiques contre le taux de change du yuan. Suite à ces critiques, la Chine a affirmé que les pressions en faveur d’une réévaluation du yuan sont «mal avisées et de courte vue », commentaire que devrait apprécier la Maison Blanche.

Plusieurs émissions obligataires furent au menu de la séance d’hier avec notamment une émission obligataire de 1.5 milliard d’euros pour l’Irlande mais à des taux nettement plus élevés que précédemment, soulignant ainsi les difficultés financières du pays. La Grèce a seulement levé 390 millions d’euros à trois mois, avec un rendement de 3.98% contre 4.05% lors de la dernière opération du 20 juillet.

Enfin, alors que le CAC 40 apparait comateux depuis de longues années, ayant perdu près de la moitié de sa valeur en dix ans, l’indice phare de la Bourse de Paris a enfin dépassé le seuil de 3800 points hier matin, un seuil qui n’avait plus été franchi depuis mai 2010.