BCE_Place_Galleria_Toronto_Panorama_2002_croppedLes articles les plus lus la semaine dernière – A lire ou à relire!

- Flash Info: taxe de 6% sur les obligations internationales au Brésil

- Les signaux de trading Forex, bonne ou mauvaise idée?

- FXCM joue à 100% la transparence avec ses clients

Bilan de la semaine passée

La semaine qui s'est écoulée sur le marché des changes fut marquée par une reprise de l'EUR/USD en dépit d'un contexte extrêmement défavorable sur le marché de la dette. L'EUR/USD a fini autour de 1.42 dollar, profitant essentiellement de la perspective d'un relèvement monétaire de la part de la BCE. L'inquiétude concernant la situation financière et budgétaire de l'Irlande et du Portugal n'a pas diminué mais l'impact de la crise est de moins en moins sensible sur la monnaie unique européenne. Le dispositif récemment mis en place par les leaders européens semble avoir porté ses fruits.

D'un point de vue plus général, l'appétit au risque a permis une bonne tenue des marchés actions et des marchés matières premières ce qui s'est, évidemment, répercuté rapidement sur les devises jugées à risque, comme les dollars australien, néo-zélandais ou canadien, le real brésilien ou encore le peso mexicain. Les devises des pays émergents, en cette période de reprise économique de plus en plus soutenue, constituent clairement un investissement porteur qu'il convient de ne pas négliger. Parmi les spécialistes des devises à haut rendement, Saxo Banque et FXCM offrent les spreads les plus serrés.

Perspectives Forex hebdomadaires

La semaine qui s'annonce va être marquée par les décisions de politique monétaire des principales banques centrales occidentales, à savoir la BoE, la BoJ et la RBA qui devraient maintenir leurs taux inchangés, et surtout la BCE qui devrait, selon toute vraisemblance, relever son principal taux directeur à 1.25%. La perspective d'un relèvement monétaire dans la zone euro va constituer un signe très fort pour les investisseurs qui vont se ruer, dès les premiers échanges lundi, sur la monnaie unique européenne. La réunion du Conseil des gouverneurs de jeudi devrait faire passer sous silence plusieurs indicateurs macroéconomiques européens mineurs, comme l'indice des prix à la production, les ventes au détail, le PIB de la zone euro ou encore les commandes à l'industrie en Allemagne.

Le chômage sera une autre composante importante de la semaine qui vient, avec notamment les chiffres pour le Canada et la Suisse vendredi. Dans les deux cas, le taux de chômage est attendu en légère baisse (respectivement à 7.7% et à 3.4%) ce qui devrait accroître la tendance haussière du CAD et éventuellement permettre une inversion de direction pour l'EUR/CHF. A noter que le PIB canadien est attendu mercredi, stagnant. Dans l'ensemble, la tendance haussière du loonie devrait perdurer en raison du bon maintien des prix des matières premières et notamment du pétrole. Le même cas de figure se présente pour le dollar australien et pour le rand sud-africain.