euro-dollar.jpgAprès avoir été propulsé à un nouveau sommet suite aux propos laissant entendre un possible mouvement des taux du côté de la BCE, la devise des pays membres de la zone euro a cédé du terrain, comme prévu, face au dollar sur le marché des changes.

Cependant, bien que cette menace fût brandie par certains membres du conseil de la BCE, elle n'a pas été prise au sérieux par le marché des devises, à juste titre a priori. La monnaie unique européenne ne devrait pas connaître aujourd'hui de mouvements brusques. En effet, l'indice IFO du climat des affaires en Allemagne, bien que réservant une baisse surprise, laisse toujours entrevoir des perspectives économiques positives. L'Allemagne étant responsable de près d'un quart du PIB total de la zone euro, l'indice IFO est par conséquent un indicateur important des perspectives économiques de la zone euro. L'indice est ressorti à 102,4 au mois d'avril, après avoir affiché une embellie à 104,8 au mois de mars.

Par ailleurs, le marché des matières premières, après avoir essuyé record sur record à l'instar du marché des changes, connaît une pause en réaction à la remontée du dollar et à la progression plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis.

Enfin, l'inflation n'en finit pas de faire la une de l'actualité puisqu'à son tour la banque centrale de Norvège a relevé son taux directeur de 0,25 points mercredi, l'établissant à 5,50%.

Afin d'effectuer de bons trades, il faudra suivre aujourd'hui avec attention les commandes de biens durables de mars et les ventes de logements neufs pour le même mois outre-atlantique.