European-Crisis-cartoonPlusieurs chiffres sur la croissance ont été publiés hier:
 
En EuroZone, la croissance a atteint 0.2% au troisième trimestre, grâce notamment aux bonnes performances en France et en Allemagne. Sur une base annuelle, la hausse est de 1.4%. A noter que le PIB grec a subi un recul de 5.2% au troisième trimestre, la pire performance de la zone monétaire,  et l'économie néerlandaise a affiché une contraction de 0.3% au troisième trimestre alors que les économistes attendaient une hausse de 0.2%. Sur un an, la hausse reste toutefois positive, de l'ordre de 1.1%. .
 
Hors Eurozone, en Europe de l'Est, la croissance a été plutôt soutenue avec une hausse de 1.9% en Roumaine, de 0.5% en Hongrie, de 0.7% en Slovaquie et une stagnation en République Tchèque et en Bulgarie. Cette hausse en Europe de l'Est a notamment été soutenue par de bonnes performances du secteur agricole.
Par ailleurs, l'indice ZEW du sentiment des investisseurs allemands est ressorti à -55,2 en novembre, à comparer avec -48,3 en octobre. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un indice à - 52.
 
Sur le terrain de la dette, le principal évènement de la session européenne d'hier fut l'émission pour 3.158 milliards d'euros de bons du Trésor espagnol à 12 et 18 mois, à des taux d'intérêt en très forte hausse par rapport à la dernière émission similaire, du fait d'inquiétudes concernant la contagion de la crise de la dette à l'Espagne et à l'Italie. L'Espagne a dû concéder un taux de 5,022% pour les bons à 12 mois et 5,159% pour ceux à 18 mois, contre moins de 4% dans les deux cas pour la dernière émission, le 18 octobre, a annoncé la Banque d'Espagne.
 
Enfin, le Parlement européen a adopté hier une loi qui limitera la spéculation sur la dette des Etats européens, en interdisant dès le 1er décembre les "CDS à nu" sur les titres de dette souveraine et en encadrant les "ventes à découvert" à partir de 2012.