img 606X341_mario-monti-151111Sur le plan macroéconomique, les nouvelles inscriptions au chômage ont baissé aux Etats-Unis pour la troisième semaine de suite, tombant à leur plus bas niveau depuis avril, selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail. En données corrigées des variations saisonnières, le ministère a évalué à 388.000 les demandes d'allocations chômage dans le pays lors de la semaine du 6 au 12 novembre, contre 393.000 (chiffre révisé) la semaine précédente.Après la bonne surprise de la semaine précédente, les experts attendaient une remontée, à 398.000.
 
En Italie, le chef du gouvernement Mario Monti (ci-contre) a présenté hier, au Sénat, son programme d'austérité et de relance économique qui tourne autour de trois points: "assainissement, croissance et cohésion sociale". Parmi les principaux chantiers évoqués: une réforme des retraites, et une réforme du marché du travail. Mario Monti doit se rendre la semaine prochaine à Bruxelles pour présenter plus en détail ses projets de réformes.
En Espagne, le probable futur chef du gouvernement, Mariano Rajoy, a annoncé qu'il "faudra faire des coupes partout", sauf dans les retraites, afin de tenir la prévision de réduction du déficit budgétaire à 4.4% du PIB en 2012. Il a par ailleurs annoncé que la prévision de croissance de 2.3% pour 2012 va être prochainement revue drastiquement à la baisse alors que le gouvernement en place a baissé sa prévision pour cette année, de 1.3% à 0.8%.



Sur le marché obligataire, l'Agence France Trésor a annoncé hier avoir levé 6.976 milliards d'euros à échéance 2 ans et 5 ans, à des taux en nette hausse. 

Même tendance pour l'Espagne, puisque le Trésor espagnol a émis pour 3.563 milliards d'euros d'obligations à dix ans à un taux qui a bondi à 6.975%, soit proche du niveau symbolique des 7%.
 
A noter enfin que le patron d'Unicredit a demandé à la BCE la possibilité d'élargir les conditions d'accès des banques italiennes à ses liquidités alors qu'elles sont fortement sous pression ces dernières semaines. La BCE n'a pas réagi officiellement à cet appel.